Dag för Dag - Boo

Chronique CD album (43.37)

chronique Dag för Dag - Boo
Duo californien basé à Stockholm, constitué d'une fratrie (Jacob et Sarah), Dag För Dag (au jour le jour en suédois) surprend et envoûte avec cet album superbe, qui offre autant de moments d'accalmie sucrée à la Raveonettes dans leurs humeurs les moins belliqueuses (Silence as the verb, splendide) que de plages déchainées pas émloignées du tout des géniaux A Place To Bury Strangers (Hands and knees). Entre shoegaze grinçant, magnifique, et calme trompeur, ce duo s'impose comme l'uned es plus belles découvertes de cette année 2010 et livre plus d'une dizaine de morceaux impossibles à critiquer.

I am the assassin, par exemple, instaure une ambiance à mi-chemin de la grâce du duo et de ses envolées enfiévrées, tantdis que Boxed un in pine même sonorités dépaysantes, en son introduction, et chant presque parlé, orné de sons inquiétants et doublé de cette superbe voix féminine. Le climat élaboré est immanquablement unique et accrocheur, et on s'entichera autant des paysages soniques à la Sigur Ros (Wouldn't you, posé et élégant) que de l'épaisseur jouissive de Seven stories et ses basses impénétrables. Ici, l'atmosphère floue et brumeuse rappelle le shoegaze, mais l'associe à une dream-pop des plus inspirées. Et le résultat, brillant, fait de Dag För Dag l'un des incontournables de ce début d'année. Ceci se confirmera d'autant plus que sur la seconde partie de Boo, le duo maintient un niveau optimal, comme sur un Light on your feet obscur et lancinant, ou ce Traffic jam mené par une basse une fois encore décisive, le chant de Sarah, profond, venat se poser sur un rythme discret mais affirmé et cette trame sombre et majestueuse.

La réussite est totale, la démarche novatrice et les ressortissants de Stockholm maitrisent leur sujet de bout en bout. On profite ainsi des guitares caractérielles du morceau précité comme de l'ambiance générale de l'album, dark et changeante, et The leather of your boota balourde des guitares lourdes dont on se régale sans attendre. Ici encore, l'association des organes vocaux fait mouche et le frère et la soeur offrent un titre à part, à, la croisée des genres et qui évoquent le meilleur de plusieurs formations, au milieu desquelles A Place to Bury Strangers, The Jesus and Mary Chain, mais aussi A Sunny Day In Glasgow ou School of Seven Bells.
Arrive ensuite un Animal aux sons enfantins sur son début, au rythme saccadé, assez vivace, Jacob, par son chant, dotant ce morceau, aux zébrures noisy génialissimes, d'un surplus d'intérêt.

On revient ensuite à un calme tout relatif avec Came in like a kife, très "Darklands" des frères Reid. Puis Rigme, Elise, alerte et magnifiquement noisy, avec ce chant lui aussi sombre et révolté, porteur cependant d'emvolées mélodiques marquantes, met fin de superbe manière à un disque auquel j'aurais volontiers mis la note optimale. Ce procédè suscitant cependant la méfiance du lecteur, ce que Dag För Dag est loin de mériter, je me "contenterai" d'un 9.5 tout en vous recommandant l'acquisition immédiate de ce bijou sonore.
photo de Refuse to keep silent
le 13/03/2010

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • Hexis + WOES + Expiation au Puzzle Pub Tours le 2 novembre 2019
  • BRUTUS, DAGOBA, LISTENER et d'autres au Poche à Béthune jusqu'au 10 novembre 2019
  • EARTH au Petit Bain à Paris le 19 novembre 2019