N.e.g. - II

N.e.g. - "II"
chronique N.e.g. - II

Aucune idée de la signification exacte de l'acronyme donnant le nom à ce groupe de Philadelphie mais force est de constater que les gaziers ne font pas rigoler.

 

J'ai immédiatement penser aux monstrueux Hoax en découvrant leur boucan, égard au son des guitares ressemblant à un vol de frelons. Un son éminemment noisy rappelant aussi la musicalité douce et ouaté des parrains Disclose.

La basse n'est pas en reste non plus, entonnant des accords primitifs et sinistres. Elle ne se distingue réellement que lors de très courts breaks mais une oreille exercée comme la votre, la percevra sans peine, suivant, telle une chienne fidèle en réclamant et en distribuant les coups de cravaches.

 

La principale différence avec les Bostoniens menés par Jesse Sanes se trouve, ici, dans le rythme des morceaux.

Dès l'intro de "Evolve", le D-Beat de N.E.G. nous prend à la gorge et nous crachent à la gueule. La technique du batteur est limité et son son peut paraître faiblard mais participe à la fétidité de l'entreprise. Dans les solos sursaturés en rajoutant à la folie ambiante, on retrouve Kawakami bien vivant.

 

"Sympathy" et l'intro de "Shit" me font pourtant mentir, niveau rapidité, avec leur mid-tempo de fosses à aiguilles.

Sur "Ice Cold" ce sont les vocaux qui nous imposent des images de psychose ou ce ne sera pas que le drap de douche qui sera maculé de poicreux, mais la salle de bain dans son entier.

 

Cette seconde K7 de N.E.G. suinte le Punk par tous les trous, dans son approche musicale et probablement dans son attitude, aussi. Pas un Punk de foire du trône mais celui d'une OD dans un squat pourrave sentant la nécrose, inconfortable à écouter mais tellement addictif.

photo de Crom-Cruach
le 08/06/2017

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

HASARDandCO

Kylesa - Exhausting Fire
Adolina - Caldeira