Confined Within - Ashes of a Fallen Kingdom

Chronique CD album (41 minutes)

chronique Confined Within - Ashes of a Fallen Kingdom

« Bon les mecs, on a 17 ans et on est toujours puceaux. Mais j’ai la solution : un va monter un band !

- Ah ouais trop swagg comme idée ! En plus aujourd’hui n’importe qui peut se faire connaître avec FB !

- Je fonce chez Tony & Guy pour me faire relooker en mode ‘’bad boy’’ ! Les meufs elles vont grave kiffer !

- Ah ouais mais attend… Niveau zik on fait comment ? Parce qu’à mon avis faut savoir jouer d’un instrument pour faire un disque… enfin je crois, non ?

- Mais non t’inquiète, tu sais pas toi ! L’idée c’est de chier dans un boitier, faire un artwork stylé et ça passe ! Tout le monde fait ça maintenant… »

Et ils l’ont fait chers amis... A mon avis, à aucun moment ces Confined within se sont dit que quelqu’un prêterait une oreille à leur album… Et bien sûr, c’est sur moi que ça devait tomber ! Alors déjà que je suis pas mal blasé du tournant de l’industrie metal « new generation », mais alors là c’est vraiment la dernière chose que je puisse laisser passer… Désolé les mecs, l’intention initiale de tremper le biscuit était tout à fait louable (allez ça va, on a tous voulu le faire un jour…non ?), mais de là à venir vous vider dans nos oreilles… Je me sens malheureusement obligé de vous faire passer un sale quart d’heure américain, comme dirait l’autre.

 

Je vais reprendre mon calme quelques instants, histoire que vous sachiez tout de même de quoi on parle, et que cette chronique ne soit pas qu’un déversement de haine gratuite. Confined Within est un groupe de metalcore britannique qui alterne chant metal (dans le sens large du terme puisque le type de chant doit dépendre de l’humeur des cordes vocales du chanteur) et chant clair. Le jeu de gratte est très mélodique (entendez complétement édulcoré et sans aucune saveur), ce qui colle très bien avec le chant clair particulièrement présent chez eux.

Stylistiquement parlant, c’est de très mauvais goût à mon sens. Mais, c’est très subjectif. Par contre la fausse prod’ dégueulasse qui se cache derrière l’est beaucoup moins. Je pense que le mec qui a eu la lourde tâche d’enregistrer et mixer ce combo, doit vivre dans un terrier de belettes quelque part en Amérique du sud à l’heure qu’il est. Si ce n’est pas le cas, il a intérêt à se dépêcher de creuser parce que je ne pense pas que ça soit légal de mettre ça sur le marché.

 

Je commence ma liste d’erreurs que l’on n’est pas censé entendre sur un album, à commencer par les plus flagrantes :

 - La fondue de sortie interminable sur « Forgotten » est assez dégueu. Si on part du principe que c’est un album ‘’professionnel’’, il y a des moyens plus artistiques de finir un morceau.

 - L’espèce de delay lâché sur la fin d’ « Abandoned » n’est vraiment pas propre, il vient contrer le chant pour faire un genre de fouillis. C’est momentané, mais gardons en tête que le mec derrière a été payé.

 - Le slide de gratte qui déboule en pleine intro de « An Underlying Past » m’a aussi bien choqué. Il se finit sur un effet de pompage flagrant du compresseur, qui fait perdre toute la patate à la pêche qui lance le morceau.

 

Ce sont des détails, mais ça décrédibilise à mes yeux tout le pseudo-travail de prod’ qui a été fait. En plus de ça, j’ai une désagréable impression d’un manque de cohésion batterie/guitare, sans savoir mettre le doigt sur le problème ! Et je vous passe le fameux interlude « Lullaby » de 43 secondes…

 

Tout ça pour dire qu’il ne suffit pas de ‘’jouer’’ au metalleux pour faire un album qui tienne la route. Qu’il ne suffit pas de donner la pièce à un pote, autoproclamé ingé son depuis qu’il a installé Audacity sur le Mac de son père, pour faire un son professionnel (qui plus est destiné à la vente…). Et qu’il est vraiment temps pour Rising Records d’embaucher un mec qui écoute la musique avant de signer les groupes, parce que pour moi c’est du foutage de gueule grandeur nature. On va dire que Confined Within aura prit pour tous les autres, et je dois vous avouer que ça me désole d’écrire ça plus que ça ne me fait bander...

photo de Domain-of-death
le 23/04/2012

3 COMMENTAIRES

Pidji

Pidji le 23/04/2012 à 11:00:27

Le disque ne m'intéresse en rien, mais j'ai bien aimé la lecture de ta chronique ;)

Geoff FaTbaStArD

Geoff FaTbaStArD le 23/04/2012 à 12:47:08

Trivium n'a pas fait que du bien à la musique :/

Crom-Cruach

Crom-Cruach le 26/04/2012 à 21:20:05

Kikou toi t tro nul ti conpran rien à la bone music dabor je teu persse mé bouton d'Aquné à la figue hure !!
Bon j'déconne, seul point qui pose question dans ta kro: y'a-t-il réellement des belettes en Amérique du Sud ?
Je préconise comme punition à ce genre de groupe une cure obligatoire de, au hasard, "Wall of Jericho" tiens !!!

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • Tournée Sunnatra + Yatra 2019
  • EARTH au Petit Bain à Paris le 19 novembre 2019
  • BRUTUS, DAGOBA, LISTENER et d'autres au Poche à Béthune jusqu'au 10 novembre 2019