Gomora - Popel A Prach

Gomora - "Popel A Prach"
chronique Gomora - Popel A Prach

Quand Martin, le batteur de mes chouchous tchèques de Krüger me contacte pour me faire écouter son nouveau projet, moi, je frotte mes petites mains poisseuses (A cause de l'excitation, elles sont d'une hygiène irréprochable.)

 

Co-réalisation de pas moins de 20 labels indépendants (du coup y rentrent pas tous dans la petite case, en bas à gauche), ce 12 pouces/ K7 est né dans l'underground et s'y épanouira, sans se forcer.

 

Décontracté. En vous faisant bouffer la dune, cependant.

 

Le prologue, en arpèges Môôsieur, n'annonce rien de très détendu, toutefois. Car vite/vite/vite, la pression monte pour aboutir sur LE BONHEUR, le temps de trouver les pédales disto et de multiplier la cadence.

Potards dans le cramoisi.

Assez mélodique limite Néo, on doute... mais peu de temps, en fait. Quand déboule le titre éponyme de l'album, l'espérance renaît.

Pas de prisonnier là, Gomora connaît son taff. Deux riffs et un « OUH! » suffiront pour libérer la bête D-crust.

 

Fini la rigolade avec les doigts dans le nez.

Rangez le pop corn caramélisé.

 

Le chant est écorché, saccadé, et fait la démonstration d'un énervement particulièrement prononcé avec un léger accent de beumeux pas dégueux. Of course, il est linéaire. Vous croyez quoi vous ? Que les Tchèques vont passer à l'Eurovision ? Ceci dit, ça pourrait être vraiment rigolo s'ils invitaient la raïa à assister au génocide musical sur le plateau.

Le rythme général est bien sûr celui du « D-Beat-drapeau-rouge-noir-os-croisés-pas-de-quartier ». Martin, aka Wolfdrunk, possède de flagrantes compétences en destruction sismique. C'est pas nouveau. Krüger semble avoir cassé sa pipe. Tant pis. Le grand tatoué de la tête aux pieds, ne va pas laisser reposer ses baguettes.

Alors je pourrais, oui, utiliser plein de termes techniques de batteur mais je ne bats jamais personne. Même pas ma fille au Jeu des 7 familles du Moyen Âge. Je suis non violent en fait.

Et purée, que les guitares de Baboo et de Zebra font du bien. Emorfilées mais sans jamais se départir d'un soupçon de mélodie.

 

Dégoisez autant de vannes sans intérêt et de phrases crétines, témoigne, en général, chez moi, d'une passion immodérée pour ce que j'écoute.

Ainsi, Gomora, sur la qualité, ne vous sodome pas.

photo de Crom-Cruach
le 02/01/2017

4 COMMENTAIRES

cglaume

cglaume le 02/01/2017 à 12:19:37

Putain j'avais lu "guitare de Booba" !!

'l'aurait plus manqué que ça tiens !

Crom-Cruach

Crom-Cruach le 02/01/2017 à 12:46:08

Wesh gros !

Eric D-Toorop

Eric D-Toorop le 02/01/2017 à 18:16:55

Emorfilé ?

Crom-Cruach

Crom-Cruach le 03/01/2017 à 21:31:47

Tranchantes

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements