Madame de Montespan - 1667 - 1680

Chronique CD album (26:56)

chronique Madame de Montespan - 1667 - 1680
Quand L’aristocratie parisienne se met au hardcore émotionnel, on obtient un groupe du nom de Madame de Montespan, Quartet parisien aux origines nobles qui eurent la remarquable initiative de mettre à disposition gracieusement leur premier 8 titres intitulé 1667-1680. Des noms et des titres remplis de références historiques auxquelles vous pourrez trouver réponse sur leur page Myspace si vous êtes avides de savoir. Mais revenons plutôt au contenu de ce Cd dématérialisé, eh oui de nos jours l’aristocratie diffuse sa musique en Mp3 et pas besoin de payer la gabelle pour y avoir accès !

Madame de Montespan introduit son album par une chanson de son prénom, Athénaïs. Composée simplement d’accords de guitare calmes et dissonants qui font place à La Bête : deuxième titre de l’album ou l’on rentre vivement dans le sujet : cris acérés, guitares et batteries déstructurés dans le son comme dans le rythme, on se rend compte que c’est de screamo dont il va etre question, (en même temps avec un nom de la sorte je m’attendais soit a de l’émo bien mélo soit à quelque chose de fort). Et c’est plutot de la deuxieme solution dont il est question mais les parisiens aiment le changement et leur musique se compose de passages très virulents hardcore / screamo avec tous ce qu’il faut pour parfaire aux critères des genres sus cités, mais aussi de passages plus mélodiques ou le rythme décroît et les guitares tout comme la voix revêtent des sonorités plus mélodiques. Mais la ou la surprise intervient, ce sont notamment sur 567 435 , ou l’on découvre des rythmes et sonorités assez inhabituelles , des tons plus swingués ou la basse va de paire avec la batterie jazzy , et la voix plaintive maintient ses gémissements incessants.

Le groupe divague entres des ambiances totalement différentes et nous malmène d’un bout à l’autre de l’album puisque de la tristesse on passe à la haine ou encore à une sensation de bien être qui entraîne une envie irrépressible de groover. De quoi semer le désordre dans nos esprits.

Difficile de s’y retrouver dans ce méandre d’émotions qui s’enchaînent les unes les autres sans crier gare, sur un break impromptu, une montée colérique ou un riff lancinant qui se terminera par un chao rythmique. Le chant pourra peut être déplaire à certains sur des parties trop mélodiques ou trop « cliché » mais ce que fait Donatien de la Coudray est respectable et se sort plutôt bien de tous les pièges que lui impose cette musique troublée et troublante.

Le seul bémol serait d’après moi un son trop lisse qui rend les guitares trop sages et pas assez incisives, L’effet aurait pu être encore plus saisissant avec un peu plus de salissure dans ces sons la. Mais bon : rappelons d’où et surtout de qui ils viennent. Hormis ce détail ce que fait Madame de Montespan durant ces 13 années soient 26 minutes est poignant donc inutile de vous dire qu’étant donné que leur musique est disponible gratuitement, ruez vous dessus gens du bas peuple !
photo de Biflam
le 24/07/2007

1 COMMENTAIRE

N'as

N'as le 26/07/2007 à 13:38:39

Prfait... et meme qu'ils sont encore un peu mieu que ça... ^^

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • Winteriip II - Metal Hardcore Festival à Tours le samedi 18 Décembre 2021

HASARDandCO

Confusion - Dogz
Chronique

Confusion - Dogz

Le 15/01/2013

Ghost - Infestissumam