Marylin Rambo - Izizolaop

Chronique Vinyle 12" (23:34)

chronique Marylin Rambo - Izizolaop

Quelque part dans les Cévennes, la chaleur tranquille est perturbée par les agitations d'un duo anonyme dont l'histoire ne vous sera pas révélée. Et pour cause, pour les gaillards seule la musique parle valablement.
Leurs albums sont tous en téléchargement libre, et ils bénéficient de sorties vinyliques, et d'artwork sérigraphié.

L'un des membre a fondé sa propre structure pour sortir des disques, Epicerecords. Les deux se défoulent avec des guitares dans Presque Maudit, rejoint par le batteur de Grand Prédateur, un duo (et oui) de Rouen.

 

Puisqu'il s'agit de musique, nous sommes en terrain bien connu sur le territoire hexagonal. Le Math-Rock. Des riffs hachés, un son clair, une batterie testostéronée, pas de chant ; le tout pour un truc aussi compliqué qu'énergique. Une musique rude, qui frustre autant qu'elle emballe. Ah oui, des titres débilos qui collent bien au patronyme des garçons que l'on devine bien décoiffés. Un truc jamais fini aussi... mais soit.
 

Marylin Rambo évoque mystérieusement un relent déjà historique. Du temps où John Makay et Looking for John G étaient les fers de lance de ce mouvement ouroborosiesque.
Ils délivrent une musique coups-de boule, volontaire, sèche et nerveuse que l'on a aperçu chez les belges de Petula Clarck.

Marylin et Petula sur un bateau... j'te raconte pas le bordel sur le bateau !

 

Comment aborder un tel album, le plus simplement possible. Puisque vous rentrez dans le trip, il y a fort à parier qu'il fera parti de vos favoris.
Izizolaop est sorti en 2013, leur petit dernier s'appelle Qu'est-ce que tu fais pour les balances, le premier Skiez plus vite... et oui, les mêmes mots conviennent à tous.
Ouaip, l'hommage à Hendrix est sympa.

photo de Eric D-Toorop
le 14/08/2015

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements