Vrenth - Baptism Death

Chronique CD album

chronique Vrenth - Baptism Death

Un super groupe peut parfois être un groupe super.

C’est le cas de Vrenth, formé avec des membres de Necronizer, Ruin, Exhumed, Gravehill, Ascended Death, Thanamagus, etc... et deux foutus inconnus dont on se fout.

Autant dire que ça ne va pas trop kikoololer dans les entournures mais plutôt poquer d’un fumet de charnier.

 

Si on reste en terrain balisé, genre une vieille crypte bourbeuse de Death oldskull, les Californiens se font particulièrement menaçants sur ce premier opus.

C’est bien de dire ça dans une chro de Death en fait. Car bon faut soigner le registre de langue. Et pi aussi, la pochette crachoue à base de Necronomicon Evil Dead 2 et de bébé sacrifié n’est pas là pour faire mouiller Tata Renée.

Un gros son opaque et épais comme le cerveau d’un électeur LREM, nous prend alors à la gorge, une fois la courte intro super flippante passée. Grâce à "Graveyard Of Lost Souls", on sait donc qu’on va bien ramasser, avec un tempo soutenu en mode exécution de masse.

 

Si le bien connu proverbe Myketysonien « Taper, taper, tapeeeeeeeeeeeer !!! » semble, d’entrée, un leitmotiv du combo, ce dernier maîtrise, aussi, tous les ralentissements syndicaux qui nous sortent les boyaux. "In The Wasteland Dwell" sait donc nous écraser par un sentiment de terreur jubilatoire. On est content mais on a peur quoi.

L’ensemble des morceaux se montrent, en définitif, plutôt astucieux en plantant du lead mélodique là ou ça fait bien mal et du trémolo de bâtard en mode Art Noir.

Car l’ambiance du skeud, plus suffocante qu’un pet de soirée tartiflette, tape dans le BM de façon fugace. Le chant des cavernes (fan de Tomb Mold lève ton moignon high) se couple ainsi parfois à des chœurs bien glaireux-cancéreux.

"Paroxysm Darkness" se pause comme l'un des morceaux les plus oldskull de l’album, avec des harmonies de guitare sinistres et des riffs bien groovy. Ce sera le titre le plus yummy de l’album.

 

Loooooooove quoi, cœur avec les mains !!!!!!

 

"Rapture Of The Empty Space" dégaine l'atmosphère glacial d’un voyage sur Pluton. Le changement soudain d'intensité dans la dernière moitié de la piste ajouté au passage de guitares claires pour clôturer le bouzin, apporte également une fraîcheur appréciée.

"Baptism Death" se fait, par contre très simple dans sa construction mais redoutable dans son expédition. "Raging Blood Rivers" corrige cette impression de facilité par le job du batteur, particulièrement appréciable pour rompre les os et la routine.

Un joli contraste se crée ainsi avec "Burial Crypt", où le flux sanglant des guitares rythmiques domine, alors que la batterie les suit à trace.

"Flames Of The Seven Jaws" émousse, par contre, un poil l’intérêt du bouzin sur sa fin.

Ben c’est du Death, dirons les plus chagrins.

 

Va te faire cuire ailleurs, leur répondrai-je. Car j’ai l’air Dahmer et je fais un malheur !!!

photo de Crom-Cruach
le 06/05/2021

2 COMMENTAIRES

cglaume

cglaume le 06/05/2021 à 10:00:56

"Car j’ai l’air Dahmer et je fais un malheur !!!"

Haha, la vieille punchline ! :D

Crom-Cruach

Crom-Cruach le 06/05/2021 à 12:15:20

C'était une spéciale dédicace à Jeffrey s'il me lit là !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • Winteriip II - Metal Hardcore Festival à Tours le samedi 18 Décembre 2021