S'inscrire sur COREandCO
Webzine musical COREandCO : hardcore, metal, rock et leurs dérives

Furaya - "Virescit Vulnere Virtus"

Furaya - "Virescit Vulnere Virtus"
chronique Furaya - Virescit Vulnere Virtus
4/10 0
Acheter Furaya Virescit Vulnere Virtus sur Amazon

CD album CD album (42:10)

 

Style musical : 

metal crossover

 

Année : 

2009

 

Tracklist :

1. Virescit
2. Encore la Rage
3. Oeil Pour Oeil
4. Plaza de Mayo
5. Amnésique
6. Le Meilleur des Mondes
7. Vulnere
8. Voyou Moderne
9. Civis Pacem Parabellum
10. A l'Ombre de la Croix
11. Lettre à Charles
12. Quantités Négligeables
13. Virtus

 

Label : 

autoprod
Dans le même style :
Alkoholizer - Free Beer​.​.​.​Surf's Up​!​!​!

 

Le principe du crossover s’est très souvent avéré assez casse gueule, tout particulièrement au sein de la scène française. Clairement, mis à part les premiers Watcha, Pleymo, Lofofora et les derniers Esprit Du Clan (et encore...), cette scène me laisse en général plus perplexe et rigolard qu’autre chose… C’est bien dommage quand on voit de quoi les ricains ont pu être capables il y a quelques années… Bref.

 

Les Narbonnais de Furaya, puisque c’est bien d’eux qu’il s’agit ici, s’adonnent donc à un mélange de métal frontal et de hip hop. A chaud, ça peut effectivement rappeller l’Esprit du Clan, Lofo ou encore certains trucs de Sepultura mais avec un bon gros côté franchouillard… Plus clairement :des riffs efficaces et simples, des arrangements minimalistes, une alternance de chant hurlé et rappé, des textes plus ou moins engagés, sans parler des samples colorés genre la douce voix de Jean Marie Le Pen [versus] le bon vieil extrait des inconnus (le bon goût est visiblement au rendez vous). Vous voyez mieux ce que je veux dire maintenant, non ?

 

Dans ce contexte, le question pourrait donc être : qu’apporte ce groupe aujourd’hui dans un style qui contrairement à beaucoup d’autres tourne clairement en rond depuis au moins dix ans ? Réponse : et ben… Pas grand chose.

 

Alors, ok, Virescit Vulnere Virtus, c’est une autoproduction dans le cocorico style. Ok, c’est puissant, ça sonne et ça fait bouger la tête. Ok, c’est antifascite, anti sécuritaire et anti propagandiste. Tout ça c’est très bien mais bon des groupes de metal qui font bouger la tête à coup de riffs à trois accords en hurlant contre le FN, la télévision ou encore la religion, c’est un peu déjà vu, non ? Et c’est pas les quelques touches hip hop qui vont sauver l’affaire. En clair, les 13 pistes (oui, c’est beaucoup) de ce disque, on les a déjà entendues et en beaucoup mieux. Et je ne parle même pas des breaks calamiteux qui parsèment les titres, des arrangements ou des effets au rabais, de ce chant qui semble vouloir en coller partout et de ces paroles qui s’apparentent trop souvent à un discours démago pour ado rebelle. Ou alors si, parlons en tiens : outre la maladresse évidente de certains textes ou de certaines compos qui reste carrément excusable, je stigmatiserais bien plus volontiers l’engouement que l’on retrouve encore pour une scène clairement désuette. Même remarque pour cet engagement politique du pauvre qui ne souffre pas une seule seconde la comparaison avec ne serait-ce qu’un seul couplet de Rockin’ Squat. Surtout quand on retrouve ce putain de sample sempiternel de la Haine au détour d’une chanson... Ca, ça me fout la haine, à moi. Au final, et comme beaucoup trop de groupes "engagés", les gars de Furaya tombent volontiers dans la culpabilisation du gentil auditeur en mal de frisson politique… Ok, promis, la prochaine fois que je regarderai la Star Academy, j’aurai une petite pensée pour les mecs qui en chient en Tchétchénie ou en Irak. Au final et avec le brin de recul pour pondre cette méchante chronique, la musique de Furaya me rappelle carrément le premier Enhancer, voire certains trucs de Black Bomb A, le fun et l'originalité en moins, la prise de tête idéologique en plus... Et ça, c’est forcément pas un compliment.

 

Pour enfoncer une ultime fois le clou, je ferai un rapide détour par le triste artwork qui gâche bêtement un digipack qui aurait pu au moins être classe. En conclusion je ne saurai trop vous conseiller de choisir votre camp et d’écouter, soit un bon album de crust, soit un vieil Homicide Volontaire d’Assassin… Ca décrasse.

photo de Swarm
le 21/03/2011

Note des commentateurs : 2/10 (sur 1 votes)

Commentaires

Jose

Sa note : 2/10

Jose le 10/04/2012 à 07:52:07

IP : 220.156.162.150

J'en ferais pas des tonnes, je pense que Swarm a à peu pret tout dit sur Furaya, c'est une des premières fois que je lis une critique avec laquelle je suis en accord point pour point.
Rien d'original chez Furaya ! un riff de Lofo ou Sepultura, des jeux de voix à la NTM ou Assassin tout çà en beaucoup moins bien, des textes démago et puérils composent cet album sans intérêt.
Je vous conseille une visite sur le site de cette grande enseigne où le disque de Furaya est en écoute, on y retrouve des commentaires intéressants : http://musique.fnac.com/a2755225/Furaya-Virescit-vulnere-virtus-CD-album
Voila mon opinion su l'album Virescit Vulnere Virtus de Furaya : peut beaucoup mieux faire...

Ajouter un commentaire

Pseudo : e-mail :

Commentaire :

NOTE : Vos commentaires sont soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'ils trouvent que votre message n'a pas à apparaitre ici, il sera supprimé.

Jeux-concours

2 vinyles sampler bonus de TAD à gagner !

UNTIL THE UPRISING : 2 CDs

Dernières news

Chronique au Hasard

Yser One + Monark Beats - Wiser Threat

Évènements

ROVER + Burning Peacocks au Chato'do - Blois le 15 décembre 2016EMMURE + AFTER THE BURIAL + FIT FOR A KING + OCEANS ATE ALASKA + LOATHE au CCO Villeurbanne le 26 janvier 2017THE ARRS + MY SECRET SAFE @Secret place à St Jean de Védas (34) le 24 mars 2017ME FIRST AND THE GIMME GIMMES + MASKED INTRUDER @Secret place à St Jean de Védas (34) le 14 février 2017GOHELLE FEST 2016 au Métaphone à Oignies (62)