As A New Revolt - FARES

Chronique CD album (21:14)

chronique As A New Revolt - FARES

On ne va pas y aller par 4 chemins l’ami.e, si tu n’aimes pas le hip-hop musclé aussi métissé qu'assumé, tu peux tout de suite passer à une autre chronique.

Si tu hésites parce que ton truc, c’est quand même le métal qui tâche autant que le jaja de Gérard, sache quand même que le groupe a été programmé en 2019 sur la Hell-Stage du HellFest. "Do the maths!" comme disent les ricains.

En revanche, si tu as envie de blaster tes enceintes avec des beats plus fat que la boîte à popo de Nicki Minaj, d’aider tes voisins à décoller leur moquette en écoutant à pleine balle un flow bien vénère sur des instrus super denses mais surtout pas dance alors...Alors Fares de As A New Revolt est fait pour toi.

 

Les présentations s’imposent. As A New Revolt, c’est un duo grenoblois formé en 2015 qui a fait le pari de créer une musique plus métissée qu’une pub Benetton, avec une imposante base hip-hop bien grasse agrémentée de petites touches noisy, metal, rap, punk, electro et orientales.

Restons tranquille, je vois les afficionados du nawak qui trépignent sur leur chaise au fond de la salle. Soyons clair: As A New Revolt, ça n’est pas du gros nawak qui bouscule les codes ou les réinvente. Mais le groupe a des influences, des références qui puisent autant dans la musique organique que la musique électronique et ils ont su émulsionner tout ça dans leur gros shaker musical. Du coup, chacun des 5 titres transpire l’effort de composition, la recherche musicale autant que sonore et aucun ne manque de saveurs.

 

Côté instru, c’est l’empilage de couche donnant aux morceaux un côté lasagne double béchamel triple fromage. C’est gras, lourd, nourrissant mais jamais écoeurant: tout se superpose parfaitement, le chaos fréquentiel n’est jamais loin ("Juan") mais il est maîtrisé, dompté, dressé. Le côté noisy de la musique est suffisamment bien dosé pour lui éviter d’être trop lisse sans jamais la rendre ni trop expérimentale ou ni avant-gardiste. Ni trop, ni trop peu.

Les synths sont tous bien choisis, traités à gros coup de filtres, de disto, taillés par la lame versatile d’une machette bien affûté:  tout en rondeur par ci, tout en arête par là. De fait, ce travail, notamment sur les filtres qui s’ouvrent et se ferment, donne aux morceaux énormément de rebondissements sonores, ça fonctionne parfaitement. 

Mention spéciale pour l’instrument à vent, un zurna ou un alghoza, sur "Peplum" qui est terriblement stylé et aux synths sur "Juan" qui sonnent vraiment comme des guitares.

 

Côté flow, ça emprunte autant aux Beastie Boys (en moins punk) qu’à Maniac$ (en moins débilo-rigolo) avec une diction, une accentuation de l’anglais que n’aurait pas renié un Zach de La Rocha et qui rendent cette interprétation archi-vénère hyper-crédible. Le groupe revendique d'ailleurs clairement son amour pour One Day As a Lion et cela se ressent (mais As A New Revolt est bien plus fat au niveau des instru).

Sur "New Traditionnal", le chant est plus hargneux, plus saturé, quasi punk-hardcore...Surprenant mais toujours aussi crédible. 

Par contre, je n’ai absolument rien capté aux textes. Je voudrais croire que le groupe a quelque chose à dire mais ça n’est pas évident à la lecture des textes. Ce qui est évident c’est que quelque soit les mots choisis, la prosodie fait mouche à tous les coups (surtout à toutes les phrases). Alors, dans 99% des cas, les paroles, tout le monde s’en balance, c’est vrai mais quand tu écoutes quelque chose qui te rappelle un peu les Beastie Boys, un peu Rage Against The Machine, tu aurais envie de lire des choses un peu...profondes (oui, bon, "Fuck You, I Won't Do What ya tell me", ça n’est pas non plus du Proudhon).

 

Alors, c'est vrai: As A New Revolt rappelle beaucoup de ces groupes phares, ces pontes inattaquables et emblématiques de la scène hip-hop fusion des années 90-2000, et d'aucuns crieraient au plagiat, à la redite sauf que...Sauf que le petit "plus" d'As A New Revolt, c'est de combler les lacunes de ces mêmes groupes. Je m'explique: j'ai toujours trouvé que le son des Beastie Boys avait mal vieilli, qu'il avait ce côté étriqué, un peu crin-crin des années 90, qu'Asian Dub Fundation n'était pas assez poilu et plus destiné à Manon Camtar et son sarouel qu'à Kevin Binouze et sa veste à patchs, que One Day As A Lion avait un côté un peu fatigué genre quadra sur le retour...As A New Revolt, c'est les Beastie Boys avec un gros son bien moderne, Asian Dub Fundation avec des poils bien drus, et One Day As A Lion en plus vigoureux et c'est pour ça que ça fait du bien aux oreilles.

 

Bien que l’autotune sur "Desert Eagles" soit un peu poussif (pour être poli, si je n’étais pas poli, je dirai que cette invention maudite n'aurait jamais du quitter l'industrie pétrolière* et devrait être interdite que tu t’appelles As A New Revolt, Daft Punk ou Charlie Oleg), Fares est donc un bel EP, et comme c’est le premier, c’est même un très bel EP. Il atteste que le duo grenoblois a une grosse maîtrise du groove, de l’espace sonore, de la composition et son hip-hop métissé bien poilu pourrait faire dresser le poil de bien des métalleux. 

En outre, le potentiel live semble vraiment énorme, vivement 2024 et la reprise des concerts, que l'on puisse voir ce que cela donne!


 

On aime bien: les instrumentations archi-fat qu'on a terriblement envie d'entendre dans un gros sound-system, le flow, le potentiel live, le métissage réussi

On aime moins: l’auto-tune (même assumé, désolé les gars, j'en peux plus de ce truc), les textes pas très évidents

 

 

 

*Le Savions-tu? L'auto-tune est basé sur le principe d'auto-correlation, principe qui a été inventé pour l'étude des sols par Andy Hildebrand un ingénieur spécialisé en sismologie qui travaillé pour Exxon. Une fois retraité, ce passionné de musique a utilisé ce principe pour ajuster la hauteur d'une ligne mélodique.


 

photo de 8oris
le 23/03/2021

4 COMMENTAIRES

cglaume

cglaume le 23/03/2021 à 10:46:05

Putain mais il y a un vieux côté Ze Gran Zeft qui me botte carrément !!!

pidji

pidji le 23/03/2021 à 11:45:20

Alors oui le lien One Day As a Lion/Zack de la Rocha est évident, mais c'est vraiment bien foutu et ça s'écoute avec plaisir !

Crom-Cruach

Crom-Cruach le 23/03/2021 à 18:47:27

ADF c'est clair pour le toaster au mic.

Crom-Cruach

Crom-Cruach le 23/03/2021 à 18:53:00

Et pour l'ambiance vendeur de kebabs...

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • Winteriip II - Metal Hardcore Festival à Tours le samedi 18 Décembre 2021