Cimiterium - S/t

Chronique Vinyle 7"

chronique Cimiterium - S/t

Mine de rien l’Australie est un sacré creuset de groupes de Stenchcore.

 

Ce qui paraît logique quand on sait que c’est le pays d’origine du genre cinématographique post-apocalyptique.

Vous voulez des exemples de groupes ? Ne vous la jouez pas, vous ne savez même pas ce qu’est le Stenchcore...

… Le Crust des origines, né en Angleterre avec les patriarches et toujours vivants de Deviated Instinct.

Un Crustpunk fortement métallisé et labourant profondément les terres du Death, en moins civilisé.

 

Cimiterium s’inscrit dans cette mouvance teintée d’imagerie guerrière et parfois moyenâgeuse. En matant la pochette de leur 7 pouces, on ne peut pas être trompé sur la cam.

En effet, les pilleurs de la route ne rigolent pas niveau musical. Car leur punk extrême aux accents thrashs ne fait pas de prisonniers.

C’est nul comme phrase, je l’ai pompée sur un autre webzine.

Le son est sourd et bien suffisamment produit pour la crédibilité de l’exercice. Les atouts du combo résident dans une guitare agissant comme un tir de barrage et dans un jeu de batterie sortant du sempiternel D-Beat. Le riffing, pour le coup, ne débande pas d’un centimètre.

Oubliée du mixage, la basse doit surnager quelque part au milieu de cet océan de brutalité où le chant fait l’effet d’une masse d’arme maniée par un troll des cavernes.

 

Cette deuxième sortie de Cimiterium est un petit précis de stenchore. Quatre titres étalant tout le manque de finesse et la barbarie d’un genre sans aucune compromission.

photo de Crom-Cruach
le 01/12/2022

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements