Contemplation - contemplation

Chronique mp3 (46:14)

chronique Contemplation - contemplation

Contemplation est le projet solo du musicien de Matthieu Ducheine (responsable d'un album de Black Sympho sous le nom de Obscura Symphonia et longue carrière dans le Dark Électro Ambiant Dub sous le pseudonyme chrono.fixion). Pour la réalisation de son premier album éponyme, il n’a fait confiance qu’à lui-même, il a pris en charge sa réalisation de A à Z. L’écriture, c’est lui, l’exécution, c’est lui, l’enregistrement, c’est lui, la production, c’est lui, le promotion et le démarchage auprès de la presse, bingo, lui aussi. La putain de situation sanitaire de mes couilles en string panthère a au moins cet avantage de favoriser l'émergence des one-man-bands. Seul Sylvain Jachi est invité sur « Vicious Circle » pour jouer du saxophone. Alors oui, tout n’est pas parfait, en mêmetemps rien de plus normal quand on mise tout sur le DIY. Imparfait mais terriblement honnête. Sans pression, on peut donner libre cours à son imagination, et s’affranchir des codes et des normes qui, malheureusement sclérosent la musique en général. Alors oui, le projet n’est pas dans mes domaines de prédilection, mais son esprit aventureux et expérimental a su retenir mon attention.

 

La principale originalité de ce Contemplation est l'usage du violon. Loin d'être accessoire, ce dernier occupe une place pleine et entière dans le son du projet. Mon oreille musicale n'est suffisamment exercée pour faire totalement la différence, mais les sonorités m'ont rappelé le violon scandinave Hardanger, même si il semblerait que ça ne soit pas le cas. En tout état de cause, l'instrument est réellement utilisé pour apporter une plus-value, un indéniable côté Folk, à l'archet ou en pizzicato, employé de façon plus complète de dans la majorité des groupes de Rock ou de Metal. Matthieu Ducheine propose ici un mélange original entre Death, Doom et Dub, même si la présence de ce dernier élément se fait plus discrète par rapport aux éléments métalliques.

 

Ça blaste et ça growle à tout va, mais le Français ne s'arrête pas en si bon chemin et propose de nombreux solos de guitare rappelant dans leur son les Vai et Satriani des années 90. En superposant les textures sonores, il parvient à développer un Metal que l'on pourrait qualifier de progressif. Il se passe en permanence quelque chose qui accroche l'oreille de l’auditeur, la complexité des huit titres n'est pas là pour le perdre, mais pour proposer une musique rafraichissante, innovante et qui repousse les frontières des différents styles qui lui servent de vecteur d'expression. Il y a de fortes chances que ce disque passe sous la plupart des radars en cette période très riche en sortie de qualité, ce qui serait extrêmement dommage au regard des nombreuses qualités de ce premier album.

photo de Xuaterc
le 09/02/2022

2 COMMENTAIRES

cglaume

cglaume le 09/02/2022 à 12:57:05

Dub ? Faut que j’essaie !

Xuaterc

Xuaterc le 09/02/2022 à 14:02:35

Le côté Dub est très léger

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements