Dancefloor Disaster - Démo

Dancefloor Disaster - "Démo"
chronique Dancefloor Disaster - Démo

En chacun de nous sommeille un kéké.

Nous avons tous été, rien qu'une seconde, jaloux de la sono du voisin un peu con-con qui fait du tuning (Celui qui a ramassé une cagole dissimulée derrière une couche de fond de teint aussi épaisse qu'un mur de prison, celui qui porte des marcel noirs, a les cheveux très courts sur le tour et un peine plus long sur le dessus avec des traits dessinant des signes tribaux maoris, une diamant dans une oreille et dont les sujets de discussions les plus récurrents sont la bagarre [alors qu'il n'en a eu qu'une en primaire et qu'il s'était pris une dérouillée] le foot [qu'il ne pratique plus depuis sa blessure...qui est souvent une egratinure au dessus du tibia qu'il se serait brisé] et les 4000€ qu'il gagne par mois tout en étant au chômage, mais il a ses combines [il te fait croire à la drogue, mais en fait sa drogue, c'est Sofinco]).
 
On a tous voulu décapoter un jour sa 206 GTI, Ray-ban collées au nez en écoutant de la musique de supermarché à fond les ballons. Parce qu'il est con, il n'a rien dans la tête mais sa vie a l'air tellement plus facile.
Mais nous ne sommes pas assez kékés pour assumer...puis nous n'avons pas des goûts de chiottes.
 
Baissez les vitres manuellement de votre voiture pourrie. Faites péter le Autoradio K7 de votre Renault 21 ou de votre Citroen Visa. Vous tenez votre revanche.
Virez de là votre dernière K7 de grind crasseux ou de black et lancez Dancefloor Disaster.
Un groupe composé de membres entre autres d'Eradicate, de Kiemsa et Mamagreyo. Le super-groupe nantais...pour rigoler en somme.
Mais ça ne rigole pas tant que ça : les mecs ont fait le Hellfest, préparent un album. Bref, faire du métal parodique, on le savait avec Ultra Vomit : ça marche et ça continue. Ici, c'est la musique electronique commerciale (ou pas !) actuelle (ou pas !) qui fait les frais de ce mix métal-electro.
 
De sérieux appuis sont pris sur les bases musicales des titres ici repris.
On ne touche pas aux paroles, on ne berlificote pas trop : on métallise, on alourdit, on pogotise la jolie chorégraphiede Lady Gaga ou Katy Perry.
Il y a de sérieuses "facilités" puisque le groupe ne se détache qu'assez peu de la création originelle notamment rythmiquement. 
Si la métallisation est automatique, la brutalisation ne l'est pas pour autant, "Party rock" de LMFAO (renommé LMFKO) étant déjà rentre-dedans.
 
Métalliser ici signifie : chanter avec un côté (parfois fusion-) métal très bien executé.
Métalliser c'est aussi mettre de grosses guitares, qui portent la personnalité du mec derrière son instrument (ex : les gimmicks estampillés Eradicate).
Métalliser c'est enfin y mettre cet humour bien naze qui est le notre : détournement et jeux de mots foireux ("I fist a girl" plutôt qu'"I kissed a girl" ou Robert Miles devient Robert Kilomètres).
 
Des succès commerciaux de ces dernières années se mêlent à des classiques de l'electro 90's (avec Robert Miles) ou le génie punk-tro des Prodigy (dont le détournement électrique est une excellente surprise).
Il y a un peu de bêtise, pas mal d'amusement et un intérêt assumé pour certains titres, et du talent par-dessus :
un bon défouloir qui peut réconcilier les fans de Fun Radio et de Métal autour d'un barbecue/Kro sous la tonnelle d'un camping 2 épis.
photo de Tookie
le 26/09/2012

4 COMMENTAIRES

cglaume

cglaume le 26/09/2012 à 09:14:33

Sympa !!

el gep

el gep le 26/09/2012 à 14:34:31

Dance-Metal, Tunning-Blast... Ça fait rêver, c'est sûr. Au secours, sortez-moi de ce cauchemar, y'a encore des types pour faire ça!

Crom-Cruach

Crom-Cruach le 26/09/2012 à 17:56:00

J'allais avoir la même réaction que el gep avant d'avoir vu qu'il y avait des membres de Kiemsa.
Donc je suis juste méprisant et pas sarcastique !

Vagpowaaa

Vagpowaaa le 24/12/2013 à 17:54:09

Ils donnent tout. Leurs premier album viens de sortir.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements