Deez Nuts - This One's For You

Chronique CD album (31 Minutes)

chronique Deez Nuts - This One's For You

« Yo mec, soir-ce on causera Deez Nutz, les keums qui font du peu-ra sur un truc de coreux »… C’est un peu l’idée que l’intro m’a laissé… qui est plus ou moins dispensable au passage dirons nous. Mais délivrance (naturelle complète…), voilà que débarque Don’t call it a comeback, qui annonce que l’énergie et le groove seront au rendez vous. Ce premier  « vrai » titre est assez rapide au premier abord, donnant un côté assez sympa du genre bien rapide, assez old-school associé à un flow bien rapide, pour ensuite embrayer sur un groove dévastateur.

 

Par la suite, on peut dire qu’on reste dans le même registre, groovy à souhait, avec toujours ce côté qui fait penser que la musique des australiens est parfaitement calibrée pour une grosse teuf (pour des personnes n’étant pas allergiques aux sons saturés). Mais bon, rappelons tout de même pour ceux qui n’auraient pas suivi dans l’intro, Deez nuts, c’est un gros melting-pot de hip-hop à l’américaine et d’un hardcore mélodique et énergique. Et force est de constater que la recette n’est pas mauvaise : on imagine très bien à l’écoute l’effet dévastateur sur scène qu’auront certains passages, surtout cet énorme sing-along sur Dtd, ou encore sur If You don’t know, now you know (bénéficiant par ailleurs d’un featuring de ce cher Oli Sykes… featuring que je ne trouve pas des plus réussis). Party song donne la couleur également, et croyez-moi, je prédis un sacré bordel.

 

Mais après, je pense que c’est le genre de concert auquel je me ramènerais pour me marrer, me déguiser en gansta et tenir ma jambe en balançant des bras, comme si je sortais de L.A. histoire de me la raconter. Et je ne scanderais les paroles qu’à une seule condition : qu’aucune représentante de la gente féminine ne se trouve dans les parages… Parce que je n’ai pas envie d’avoir des assos de défense du droit des femmes sur le dos hein ! Qu’on soit d’accord ! Parce que rappelez vous que le vocaliste s’inspire du rap américain (eh oui !) et que par décence nous ne citerons pas les paroles, mais sachez que si votre copine est bilingue (quoique… pas besoin d’être un crack en anglais pour comprendre la signification de l’alignement de mots tels que « suck » « dick » et « bitch »…), évitez d’écouter ce disque en sa présence.

 

Donc en gros, vous pourrez écouter ce disque en soirée, avec exclusivement des personnes appréciant plus ou moins les musiques saturées (pas forcément évident), et en l'absence de présence féminine… Ou tout seul (plus simple, vous en conviendrez), et bien évidemment, en concert. Tout ça pour dire qu’il y a un truc, un feeling qui est bien trouvé par le groupe, mais franchement je n’adhère pas à certains propos… Même si ça ne concerne pas tous les titres, ça en concerne suffisamment pour que je ne sois pas plus enthousiaste que ça.

photo de JiBrest
le 04/05/2011

2 COMMENTAIRES

sepulturastaman

sepulturastaman le 04/05/2011 à 11:15:37

Zib t'inquiètes pas les chiennes de gardes c'est après moi qu'elles en ont ( et elles n'ont aucun humours, je dis ça je dis rien ; enfin je me comprends)

Kurton

Kurton le 04/05/2011 à 16:25:01

Du fun, du groove et du hardcore!
C'est moi ou la prod est un peu trop crade?

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • EARTH au Petit Bain à Paris le 19 novembre 2019
  • BRUTUS, DAGOBA, LISTENER et d'autres au Poche à Béthune jusqu'au 10 novembre 2019
  • Hexis + WOES + Expiation au Puzzle Pub Tours le 2 novembre 2019

HASARDandCO

Atentado - Paradox
Social Damage - Both Demos