Explicit clowns - Sous les mots, des larmes

Chronique Maxi-cd / EP (21:46)

chronique Explicit clowns - Sous les mots, des larmes
En attendant leur futur premier album, les EXPLICIT CLOWNS ont sorti en juin 2005 cet EP au doux nom de "Sous les mots, des larmes". Bon, on est un peu à la bourre sur ce coup-là, mais ce disque est tellement annonciateur de bonnes choses qu'on se devait de le chroniquer dans nos pages.

Cet EP démarre sur un titre intro entièrement musical, dans la veine d'un BREACH sur son album "Kollapse" (mais en moins long quand même, 2 mn ici contre 6 pour les sus-nommés). L'ambiance se mets en place, et montre déjà que le son est très bon. On arrive donc à "Fuir" qui est enchainé à l'intro. Le vrai visage des EXPLICIT CLOWNS se découvre alors, véritable combo Hardcore moderne, parfois chaotique mais également old school sur certains passages (mosh parts sur "Des larmes"...). Certains passages calmes (comme le couplet sur ce titre "Fuir") nous donne l'impression que le groupe a ingurgité pas mal d'influences différentes, et pas qu'au hardcore. Mais je n'ai pas non plus envie de réduire cet EP au terme "Metalcore", qui devient vraiment péjoratif et ici la qualité est vraiment au rendez-vous.

Le rythme est toujours soutenu dans cet EP, dans une veine post hardcore par moments. Un reproche tout de même, la voix. Le passage chanté dur "Ogive" n'est pas du meilleur goût (mais vraiment pas), et globalement la voix hurlée ne varie pas assez durant les 22 minutes du disque. Par contre, au niveau des textes, alignés en Français, pas d'effet "niais" : le tout sonne juste. Après, musicalement, on a quelques passages vraiment excellents, l'intro douce de "Obsession" pour ensuite partir sur un riff qui claque donne des frissons. En gros, les Toulousains affolent nos sens ; enfin surtout nos oreilles.

Bref, j'attends avec impatience ce qui sera le premier album des EXPLICIT CLOWNS, parce que cet avant-goût est très allèchant. Je ne peux donc que vous conseiller de vous procurer cet EP.
photo de Pidji
le 16/08/2006

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements