Hexvessel - No holier temple

Hexvessel - "No holier temple"
chronique Hexvessel - No holier temple

Je ne suis pas spécialiste de genres musicaux tels le folk, dark folk, que j'affecte pourtant beaucoup, car il est pour moi comme un coccon de laine dans lequel on se réfugie les soirs d'hiver. Cet album est comme un nid douillet, quelque chose de feutré, qui observe les choses inconnues de dehors depuis le hublot. C'est de la sorte que j'identifie le titre de cet album, No holier temple.

 

Je ne connais pas les précédents projets musicaux Black metal de Mat Mc. Nerney, je n'ai pas encore eu l'occasion même d'écouter le premier effort d'Hexvessel, mais la force qui se dégage de cet album me paraît suffisante pour vous en faire part.

 

Les accents sont d'abord mystérieux. C'est la première impression que l'on puisse dégager de la première partie de cet album. La voix semble nous conter une histoire pleine de symboles. Histoires, contes, tout ce qui peut nous ramener à notre enfance, aux "bon vieux temps", et plus loin encore.

 

Nous plongeons là dans du chamanisme, celui qui vit dans la forêt, qui évoque les esprits et parle des arbres comme de sanctuaires sacrés. Tout cela est supporté par une musique rêveuse, agrémentée d'instruments originaux tels que la trompette, le violon, le piano, et quelques artifices sonores. Tout cela se trouve quelque part entre un Jazz etheré mélancolique et du Folk venu tout droit du pays Suomi, parfois un peu saoul comme dans "Are you Coniferous ?".

 

Il n'est pas tant question de noirceur, il s'agit plutôt de l'ensemble des impressions qu'une vie païenne d'autrefois pouvait laisser, avec ses hauts et ses bas, ses réflexions, et toute la sagesse et le recul dont elle est capable. "Sacred marriage" en est la preuve, ce morceau atterit dans mes oreilles comme une merveille. Les violons, le piano, tout est dit en finesse, et l'on ressent une impression de pleinitude extrême à l'écoute d'un tel morceau.

 

Tout en finesse, c'est le mot. Hexvessel propose dans son album une progression lente mais facilement discernable, partant d'un Folk poétique pour aller vers des cérémonies incantatoire, puis déboucher sur une dernière piste complètement Rock 60's, "Your head is reeling" qui se révèle être une reprise de Ultimate Spinach, de 1967.

 

Beaucoup de sensibilité se dégage d'un tel groupe, beaucoup de musicalité également, la mélancolie y tient une place prépondérante, cet album est un véritable délice pour les oreilles.
 

Achat ou pas achat ? Achat.

photo de Carcinos
le 24/03/2014

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements