S'inscrire sur COREandCO
Webzine musical COREandCO : hardcore, metal, rock et leurs dérives

Lodz - "Time doesn't heal anything"

Lodz - "Time doesn't heal anything"
chronique Lodz - Time doesn't heal anything
6.5/10 0

écouter "Time doesn't heal anything"

Acheter Lodz Time doesn't heal anything sur Amazon

CD album CD album (45:00)

 

Style musical : 

Depressive modern metal

 

Année : 

2017

 

Tracklist :

1. Negligence
2. Time Doesn't Heal Anything
3. The Sound of Deceit
4. Shattered Dreams
5. Nothing Else to Do
6. Cataract
7. This Feeling
8. Everything Is Fine

 

Label : 

Klonosphère
Dans le même style :
Sneaking Past Dogs - Dhumasaurus

Ce nouvel album de Lodz n'est sans doute pas la B.O idéale pour apparaître sur la compilation d'un DJ de mariage.
A l'image du précédent album ("Something in us died"), dont le titre était déjà assez évocateur, le groupe français continue son bonhomme de chemin sur le label Klonosphère avec l'idée de laisser planer un nuage chargé de pluie prêt à péter au-dessus de nos têtes.

 

Résolument sombre donc, porté par un son d'une propreté clinique, ce second témoignage discographique est à l'image du premier : un peu bâtard.
Dans un style que l'on peut qualifier, sans trembler des genoux, "d'hybride", la bande ne part pas non plus dans tous les sens.
Sorte de "threesome" d'étiquettes : post-hardcore, metal atmosphérique, post-metal, les 8 morceaux du groupe sont aussi l'occasion de découvrir sous un autre angle une musique souvent trop froide au point d'en oublier la dimension "émotive".

 

Bien que l'accent soit mis sur le son pour offrir un résultat qui fera mécaniquement vibrer toutes les cellules du corps de l'auditeur, il est impossible d'omettre la dimension quasi "émo" des lyonnais...qui cherchent à faire vibrer autrement celui qui les écoute.
Loin d'être un gros mot ou une insulte (comme on le croit trop souvent), ni une pirouette terminologique pour justifier le chant clair, la facette "émo" du groupe tient aussi bien pour ses passages hurlés alliés aux plus doux.
Sans être pleurnichard, le chant gère parfaitement cette ambivalence...qui se transforme vite en automatisme.

 

C'est en cela que les choses se gâtent un petit peu.

Bien inspiré sur certains titres (comme l'énorme "Cataract"), parfait sur les deux premiers morceaux de lancement, le groupe s'enlise un peu à mi-album.
En laissant sa musique forniquer avec d'autres, le groupe peine un petit peu à se renouveler de piste en piste. Le son, bien que limpide, est aussi hyper massif au point d'en devenir étouffant à la longue.
Si cela colle plutôt bien à l'atmosphère générale de la galette, ça dessert pas mal le travail de composition.

Avec des pistes qui durent en moyenne 6 minutes, une certaine homogénéité stylistique et surtout rythmique, on se perd un peu dans "Time doen't heal anything"  malgré ses bons arguments qui dépassent la froideur d'une analyse du son ou de décomposition des morceaux.
Il suffit d'imaginer des groupes comme General Lee (ou Cult of Luna) mais avec du chant clair, Katatonia dans une version plus post-hardcore, ou simplement songer à Ghost Brigade pour savoir dans quelle étrange cour joue Lodz
Une cour dans laquelle il n'est peut-être pas LA grande terreur incontestée mais qui, malgré ses petits défauts, reste un groupe que l'on ne peut ignorer.

photo de Toukene
le 18/05/2017

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment.

Ajouter un commentaire

Pseudo : e-mail :

Commentaire :

NOTE : Vos commentaires sont soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'ils trouvent que votre message n'a pas à apparaitre ici, il sera supprimé.

Jeux-concours

New Bomb Turks à Paris le 10 juillet 2017 : 2x2 places à gagner !

Dernières news

Chronique au Hasard

Microfilm - The Bay of Future Passed

Évènements

ALESTORM au Transbordeur à Villeurbanne le 18 octobre 2017IGORRR + PRYAPISME au CCO à Villeurbanne le 16 novembre 2017TEXTURES au CCO à Villeurbanne le 12 novembre 2017NEW BOMB TURKS + HARASSMENT au Petit Bain à Paris le 10 juillet 2017RIIP Fest #3 à l'espace Gentiana à Tours les 7 et 8 juillet 2017