Marvin - Marvin

Chronique CD album (33:13)

chronique Marvin - Marvin
Une photo intérieure montrant un homme sur une mobilette avec un magnifique t-shirt "Jean-Michel JARRE" : voici comment démarre la découverte de ce premier album des Montpelliérains de MARVIN. De là, on sent que l'on va avoir droit à quelque chose de décalé. Bingo !

Ce qui est sûr, c'est que MARVIN joue de la musique non-conventionnelle. Bon, on a tout de même une base post-rock : ok, en ce moment, on ne peux pas dire qu'on n'a pas eu notre lot de clones dans ce style. Mais là où MARVIN frappe fort, c'est avec l'utilisation de claviers à chaque instant. De toutes façons, pas trop le choix vu que le groupe est un trio batterie/guitare/synthé. Le ryhtme est souvent rapide, donne une méchante envie de mettre le son à fond et de se tortiller dans tous les sens. C'est clair : on a ici 33 minutes de délires rock intersidéral, avec des effets de synthés parfois kitsch au possible (d'où la photo de JMJ j'imagine...), mais pas de honte à écouter ça. Au contraire, on serait même plutôt fier de faire découvrir ça aux potes pour délirer tous ensemble.

Il y a tout de même des moments plus rock comme sur "Pilly" où la guitare prends toute son ampleur, mais ça ne durera jamais un morceau entier. Pour les titres, vous avez le choix entre "Jardiland", "Discose" ou encore noise olympique" : rien de très spirituel donc. Pour revenir à "Discose" d'ailleurs, ce titre doit être méchamment bon en concert : je l'imagine joué en dernière position (voire en rappel) avec le public en transe. C'est incroyable comment on se surprends ) prendre un tel pied avec ces parties si "kitsch" (oui je sais, je l'ai déjà dit).

post-rock, noise, jean-Michel JARRE-like : cocktail surprenant pour un résultat stupéfiant. Une sacrée bouffée d'air frais dans ce milieu du post-rock qui se prends souvent la tête dans des questions métaphysiques... Attention, ça ne veux pas dire que le résultat n'est pas travaillé : au contraire, on sent toute la détermination du combo à vous voir se trémousser tout en gardant une certaine logique dans ses morceaux. Yeah baby, rock on the dancefloor !
photo de Pidji
le 23/05/2007

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements