Notion Aura - Démo 2005

Chronique Démo CD (20 minutes)

chronique Notion Aura - Démo 2005
Revoilà Gregory Hoepffner aux manettes d’un nouveau groupe. Après nous avoir fait vibrer avec Radius System, il vient officier au sein d’un quartet nommé Notion Aura, aux postes de chanteur et de producteur et nous propose la première démo du dit groupe. Et si la tête pensante des deux groupe est la même, les liens entre les deux formations ne sont absolument pas évidentes et loin de là l’idée de dire que Notion Aura est un clone de Radius System.

Le premier réflexe à l’écoute d’un cd serait de le classer dans un genre, et là, les habituer de cette pratique vont en baver. Impossible de coller une étiquette à ce cd, et tant mieux. Le groupe nous sert un métal aérien et lourd à la fois. Une sorte de mélange subtil entre Dredg et Kyuss, et on peu imaginer que si Tool avait viré dans le sludge, il aurait certainement pris l’apparence de Notion Aura. En gros, on a droit à un duo basse batterie énorme, rappelant les premiers ébats de Kyuss. La basse est ronflante, très rock, voire groovy par moment, et balance une rythmique d’enfer. Et quand les guitares s’en mêlent c’est pour mieux nous envelopper dans un épais manteau de saturation et d’effets, qui malgré sa pesanteur, va nous faire décoller grâce à des mélodies enivrantes que le groupe s’efforce de distiller tout au long des six morceaux. Quant à la voix, elle nous rappellera les meilleurs moments du grunge (on pense à Pearl Jam), mais aussi Incubus, surtout dans les passages clairs des refrains. Mais si la voix est souvent douce, il faut avouer que Gregory sait balancer la sauce dans les refrains, surtout quand sa voix prend des petits accents death.

Tous ces éléments nous droit à des morceaux de qualité et époustouflants. On reste sans voix face à la furie que dégagent des morceaux comme « Apnaissance »ou « Crack Inside » (le final est dément). Oscillant entre post-rock abrasif, comme sur « Apnaissance », sludge aux riffs assassins et basse groovy à vous décoller les cervicales (le terrible « Shellshock »). Notion Aura n’hésite pas non plus à nous balancer des morceaux dignes de bravoure, comme le très épique « Da Vinci » qui affiche tout de même neuf minutes au compteur et où l’ennui ne s’installe pas une seconde, ou encore le monstrueux « Black Milk » qui par moments sent bon le dub-rock.

Côté production on ne peut absolument rien dire. On peut distinguer chaque instrument parfaitement, la cohérence du son est de mise, les riffs de guitares ressortent très bien, et les grooves de basses se glissent à merveilles. Le son parait juste étouffé sur certains passages de l’album, comme si un voile le recouvrait, mais il faut dire que cela participe à l’effet planant que procure les morceaux.

Bref, Notion Aura livre ici une démo époustouflante, nous offre une musique intemporelle et inclassable, laissant place à la furie et aux émotions, une musique enivrante et dont on ne peut pas se lasser. La démo contient six titres, c’est beaucoup pour une démo, mais trop peu pour une musique de cette qualité. On attend donc la suite avec impatience.
photo de DreamBrother
le 23/11/2006

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • BRUTUS, DAGOBA, LISTENER et d'autres au Poche à Béthune jusqu'au 10 novembre 2019
  • Hexis + WOES + Expiation au Puzzle Pub Tours le 2 novembre 2019
  • EARTH au Petit Bain à Paris le 19 novembre 2019

HASARDandCO

Ultra Panda - The new bear
Benighted - Identisick