Unearthly - Flagellum Dei

Unearthly - "Flagellum Dei"
chronique Unearthly - Flagellum Dei

S'il existe des groupes difficiles à appréhender, celui-ci s'aborde les doigts dans le pif. Unearthly ne cherche pas midi à quatorze heures, il envoie la purée et c'est tout. Si j'étais une faignasse, je me contenterais même de dire que ce groupe est l'ersatz Brésilien de Behemoth... Mais chez Core & Co, on aime le vrai travail... alors on va faire chauffer les crayons!

 

Il suffit de jeter un œil à la dégaine des gugusses de Unearthly pour penser aussi sec aux joyeux turlurons de Behemoth et à leurs frusques découpées dans un canapé Cuir Center 100% pur skaï, mais bon, on va allez au-delà de l'apparence pour s'intéresser à la musique de ces oiseaux Brésiliens... et là encore, on est frappé par la ressemblance entre Unearthly et Behemoth! Tout semble rapprocher les deux groupes, la structure des titres, le grain du son, l'atmosphère, les vocaux... toutes les molécules de Flagellum Dei semblent avoir été clonées à partir de l'ADN des Polonais... L'ambiance se veut à la fois brutale et raffinée, on est donc plongé dans une musique extrêmement précise pour ne pas dire hygiènique... Tout est cristallin, bien propret et parfaitement huilé... Un Death Metal légèrement teinté de Black Metal, ça sent bon la menthe mais... mais...

 

Mais à force d'imiter Behemoth, Unearthly finit par souffrir des mêmes travers que son mentor... trop propre, trop lisse, trop chirurgical... La musique toujours ultra efficace en fout plein les mirettes mais elle reste coincée dans une certaine platitude aseptisée... Ca manque de folie, de spontanéité, les titres s'écoulent et distillent paisiblement leurs quotas de blasts martiaux, de chants furibards, de riffs titanesques et de technique froide. Une fois terminé, Flagellum Dei ne laisse pas un souvenir impérissable...  on s'en rappelle à peine... "Ha oui, le bidule qui ressemble à Behemoth"...

 

Dommage... Unearthly possède bien des atouts dans son jeu, il faudrait juste qu'ils coupent le cordon ombilical et qu'ils volent de leur propres ailes loin du nid (très) encombré des clones de Behemoth...

 

Un album aimable mais largement dispensable.

photo de Cobra Commander
le 07/05/2012

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

HASARDandCO

Go Spleen - Slow moves
Tanertill - Tanerthos