Vermilia - Ruska

Chronique CD album

chronique Vermilia - Ruska

Dégagez les vieux.

Allez-vous enterrer dans votre grotte ou votre forêt moisie.

Parce que c’est le retour de la gamine de Finlande.

 

Oui, car je pourrais être son père, à Vermilia.

Et si c’était le cas, je lui dirais juste :

«Change rien ma fille. Car, depuis que tes débuts, tu mets à l’amende une scène dans toute son intégralité/intégrité.»

Chaque sortie de Vermilia est une tuerie. C’est simple non ?

J’ai déjà tout dit sur elle. Vous avez bien pigé ou il faut que j’explique, encore, pour les boulets du fond ?

OK, écoutez les vieux et les jeunes.

 

Et pour ceux qui connaissent déjà, préparez-vous une nouvelle fois, à changer de dimension pour passer dans le monde de la Finlandaise.

Un univers totalement cohérent même s’il n’est pas nouveau.

Un décor figé dans le froid et les mélodies, la fureur et les flammes. En effet, la scène glaçante et brûlante des 90’s est encore révérée à outrance.

L’originalité sera de nouveau à aller chercher ailleurs.

 

Mais, vous voulez de l’immersion totale ? La gamine vous emmène direct dans son coin de bois en même pas deux minutes de morceau d’ouverture.

La transe commence vraiment avec le passage acoustique de rigueur du deuxième morceau et quand retentit la fée électricité et les hurlements de la louve.

Vermilia confirme et affirme son style, sans que personne ne puisse lui ravir un seul diamant à sa couronne de givre.

 

Je causais aussi des gros monstres de la scène comme Winterfylleth sur ma chronique de Saor. Pas de problème, "Hautovajo" mord les arpions des Anglais dès ses première secondes.

Oui le trémolo est classique mais la ligne de basse là, est unique. Le riffing se fait finalement bien plus recherché que les apparences ne le laissent supposer. L’album comporte tellement de mélodies qui vous rentrent dans la tête jusqu’au cœur pour ne plus vous quitter !

Peu de combos peuvent, également, s’enorgueillir, de piétiner les platebandes des Russes d’Arkona. En effet, le bande à Mascha est intouchable dans le genre depuis déjà quelques albums.

Pourtant sur "Tuonen Joki" et sur le titre éponyme de l’album, la Finlandaise et ses sicaires prouvent qu’ils incarnent la relève d’un genre qui croule sous les poncifs et les caricatures. La Finlande et la Russie partagent plus de 1 300 km de frontière alors rien d’étonnant d’écouter certains airs folks se rapprocher.

Vermilia possède aussi la même capacité à changer de registre au même titre que sa païenne de voisine.

 

Sans surprise, Ruska confirme la formule de ce one-woman band à plusieurs produit en DIY.

La note ne se hissera pas au niveau de celle de son grand-frère d'album. Seulement car la surprise n’est plus de mise.

photo de Crom-Cruach
le 09/01/2023

4 COMMENTAIRES

Xuaterc

Xuaterc le 10/01/2023 à 09:02:56

Une vraie leçon en terme de Pag

Xuaterc

Xuaterc le 10/01/2023 à 09:05:11

de Pagan Metal pour tous les apprentis Oleg et Jean Ragnar qui viennent de s'acheter un bodhrán. Je le rangerais volontiers à côté de  Myrkgrav

Crom-Cruach

Crom-Cruach le 11/01/2023 à 16:38:19

Quand on sait comment tu aimes ce dernier groupe...

Xuaterc

Xuaterc le 17/01/2023 à 14:55:51

Je traouve que les deux ont la même classe et la même distinction quand il s'agit d’aborder les thématiques païennes

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

HASARDandCO

Bones - Sons of Sleaze
Dragunov - Korolev