Wergeld - Imperium Delecta

Chronique CD album

chronique Wergeld - Imperium Delecta

Warriors from the black forest, le premier E.-P. de Wergeld, publié en 2015, avait moyennement convaincu le Grand Crom qui écrit également pour ce webzine. Après quelques échanges avec des musiciens du groupe, la chronique de Imperium Delecta finit par me revenir. Pour mon plus grand bonheur de médiéviste, au regard des thèmes abordés. Wergeld s'est fait fort de nous narrer des récits de l'ancienne dynastie mérovingienne. En trois ans, le groupe a travaillé d'arrache-pied pour se montrer à la hauteur de son concept tant musicalement qu'au niveau des paroles. Ses efforts n'ont pas été vains, puisque, avec d'un line-up fortement remanié toujours autour du guitariste Greg McLeod, le Pagan Black proposé a gagné en maturité et de ce fait en intérêt.

 

Après avoir fait sonner le tocsin, le groupe attaque in media res, à savoir avec un Black Pagan guerrier. Les guitares sont incisives et sont accompagnés de vocaux qu'on pourrait croire sortis d'un Eld et de chœurs belliqueux. Finis les errements du passé, le propos est direct, propre à donner l'envie de lever son glaive au cœur de l'ost de Thierry III. On pourra cependant reprocher à la grosse caisse de sonner trop mécanique, limite BaR, qui révèle un mix général qui ne fait pas toujours honneur aux qualités de composition. De nombreux arrangements trad' viennent émailler les compo, toujours de façon appropriée, sans tomber ni dans la caricature Folk inspirée par les Visiteurs, ni dans la guimauve qui gangrène le genre. Le propos reste aussi velu qu'un ours de bât slovène et maintient son efficacité que cela soit dans la simplicité ou quand il se fait plus technique. Plusieurs solos viennent traverser l'album pour apporter un supplément d'esprit guerrier, tandis que deux intermèdes acoustiques, à grand renfort de flûte et de guimbarde, permettent le repos du guerrier avant de repartir affronter l'envahisseur venu de l'Est. L'album se termine sur un titre étrange, avec un passage incongru.

 

S'il n'est pas des plus originaux, le Pagan Black de Wergeld est le support parfait pour ses textes. Un effort a été effectué pour apporter une réelle plus-value. Il ne faut pas être grand clerc pour se rendre compte à la lecture des lyrics du travail abattu en la matière. Cette période de la dynastie mérovingienne n'est pas la plus courue par les metalleux ni par l'historiographie, mais possède, comme le prouve le groupe, un potentiel non négligeable. En mêlant histoire et mythologie, il apporte un éclairage bienvenu. J'espère simplement que le livret comportera les paroles pour que l'acquéreur du CD puisse en profiter.

photo de Xuaterc
le 05/04/2018

4 COMMENTAIRES

Crom-Cruach

Crom-Cruach le 05/04/2018 à 10:31:35

Bon ben va falloir que j'écoute tout ça !!!

papy_cyril

papy_cyril le 06/04/2018 à 13:22:31

je ne comprends pas trop pourquoi les paroles ne sont pas en français...

Crom-Cruach

Crom-Cruach le 06/04/2018 à 17:34:48

Ben pour du Méro, le Français ne serait pas histo non plus.

papy_cyril

papy_cyril le 06/04/2018 à 18:46:40

ça se tentait une langue ancienne ?

AJOUTER UN COMMENTAIRE


évènements

  • Sleep au Bataclan à Paris le 8 octobre 2019
  • ARO ORA release party à La Parenthèse à Ballan Miré (37) le 12 octobre 2019
  • EARTH au Petit Bain à Paris le 19 novembre 2019
  • BLACK BOMB A + Dagoba + Mugslug au Séchoir (L'Atelier À Spectacle) le 12 octobre 2019