S'inscrire sur COREandCO
Webzine musical COREandCO : hardcore, metal, rock et leurs dérives

As We Bleed - "Hail The Sick Ones"

As We Bleed - "Hail The Sick Ones"
chronique As we bleed - Hail The Sick Ones
8/10 0
Acheter As we bleed Hail The Sick Ones sur Amazon

CD album CD album (42 minutes)

 

Style musical : 

Hardcore / Metal vénère

 

Année : 

2010

 

Tracklist :

1. Hail The Sick Ones
2. The Die Hard Manifest
3. The Slow Motion Neuronic Apocalypse
4. Doomriders In The Temple Of Fake
5. (Forever Sworn To) The Black Lodge
6. Don't Fear The Song Of A Living Dead
7. Death Of A Believer, Rebirth Of A Fallen
8. Beholders Of The Great Emptiness
9. nothing More To Say

Bonus
10. Wasting Away (Nailbomb Cover)

 

Label : 

Marvel Music Motion

 

Lieu d'enregistrement : 

Boss Hog Studio
Dans le même style :
Johnny Booth - Connections

Rappelez-vous, 2007, une année où ceux qui avaient prêté oreille à As We Bleed s'étaient dits : Ouch ! Maouss Costaud !... Avec leur premier album Harsh Means Of Answer Against Compromise, As We Bleed avait réussi à faire son trou, en devenant l'un des espoirs de cette scène hardcore aux tendances bien brutales, avec de bon relents de Converge meets Nostromo, ce qui, je le pense, ne contrariait personne. Et souvenez vous de ce son dantesque, une prod un poil crade qui donnait un volume conséquent à la violence développée par le groupe. Comme le dit si bien papy marcel, le ballon de rouge tenu bien haut au bistrot du coin : "Ah les enfants ! C’était le bon temps !"

 

 

Cette nouvelle fournée commence véritablement avec la deuxième piste The Die Hard Manifest, qui porte bien son nom. De suite, on remarque le son du combo qui s’est affiné, qui a un rendu plus net. La production en effet semble plus propre que sur le premier opus, mais tout en gardant ces rondeurs qui permettaient à As We Bleed de taper fort là où il faut. Pour le reste on est dans la suite logique à Harsh Means : en effet, on est bien en présence des mêmes rageux qui avaient ramoné nos esgourdes en 2007… point de doute !

 

 

… Vous voilà rassurés !

 

 

On est toujours en présence de cette alternance de chants qui donne un aspect bien violent au tout : une rage exprimée à souhait. Les deux types de chants étant tous deux très agressifs, leur association ne fait que rendre le tout plus hargneux.  Rajoutez à cela ces guitares aux sons dissonants et acérés afin d’accroître considérablement la violence développée durant les 9 titres qui constituent cette galette. Comme on dit, « on repart comme en 2007 » (oui je sais, c’est 14 normalement, mais le contexte n’y est pas approprié)As We Bleed est super vénère, et nous distille une musique taillée pour le live ( par exemple (Forever sworn to) the black lodge ou Death of a believer, rebirth of a fallen qui donnent méchamment envie de pitter ). En gros, on a toujours ce mélange metal/hardcore, bien loin d’un metalcore calibré, qui fait bien plaisir à entendre…

 

Il est vrai que comme dans l’opus précédent, les moments de répit se feront rares, très rares, à part lors du dernier titre Nothing More To Say. Ce dernier, long de 9 minutes 42’’, se veut bien plus lent que ce que nous propose As We Bleed habituellement. Un peu à l’image de Hell Be My Only Witness sur Harsh Means… Mais en différent… (vous suivez ?) Du genre un peu psyché, avec un riff répété en boucle jusqu’à ce que les guitares disparaissent pour laisser place à la batterie et à la basse. Et à ce moment là de laisser entrer le chant… Une ouverture réussie : même avec le tempo ralenti, il se dégage toujours une sensation de violence, accentuée par la « fin » chaotique du titre. Je mets « fin » entre parenthèses, en effet, car le titre se finit par un instrumental qui est dispensable pour ma part… J’aurais bien vu l’album se finir sur les cris qui partent en cahuète accompagné cette ambiance sombre.

 

Quelques moments plus aériens font par ailleurs leur apparition également, comme sur Beholders of the great emptiness, titre avec un passage plus mélodique au beau milieu de ce chaos et de cette violence. Cela permet de souffler (relativement) par rapport au reste de l’album, et ça fait aussi du bien. Parce que comme il était noté dans la chronique du premier album ( qui est ici ), c’est quand même assez dur et éprouvant de tout enquiller d’un seul coup, tellement la violence est travaillée par le groupe. Bonne chose donc que cette initiative de rajouter quelques mélodies de ci de là, ça aère le propos, et ça permet même de donner plus de volume et d'impact au reste !

 

 

As We Bleed, espoir en 2007, confirme en 2010 qu’on peut compter sur eux pour faire transpirer dans les salles Françaises et Européennes et c’est tout le bonheur qu’on leur souhaite ! Pour ma part, j’ai pris un grand plaisir à écouter cet album, et voir comment le groupe évolue, mûrit. En somme : si vous avez aimé Harsh Means… Ou si tout simplement, les musiques agressives vous parlent… N’hésitez pas, ce disque vous siéra fort bien !

photo de JiBrest
le 16/07/2010

Note des commentateurs : 7/10 (sur 1 votes)

Commentaires

Matt666

Sa note : 7/10

Matt666 le 19/07/2010 à 19:34:01

IP : 77.206.19.140

La musique a l'air vraiment intéressante, ça bouge, c'est plutôt bien écrit !
Mais cette voix... Je passe, pour ma part. Impossible de la laisser un peu de coté....
Dommage.

Ajouter un commentaire

Pseudo : e-mail :

Commentaire :

NOTE : Vos commentaires sont soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'ils trouvent que votre message n'a pas à apparaitre ici, il sera supprimé.

Jeux-concours

FOGWAX : 2 CDs à gagner !

10 years Kicking Fest 2016 : 2 places à gagner pour le samedi !

Dernières news

Chronique au Hasard

Barabbas - Barabbas

COREandCO radio

Évènements

KICKING FEST 2016 avec LES SHERIFF, BURNING HEADS, GUERILLA POUBELLE, COOPER, NOT SCIENTISTS, THE DECLINE!, GAS DRUMMERS, THE BLACK ZOMBIE PROCESSION, FLYING DONUTS, HATEFUL MONDAY et d'autres les 24 et 25 juin 2016  à NimesGOJIRA & TOUMAÏ à La Belle Electrique, Grenoble, le 14 juin Cancer Bats à La Marquise à Lyon le 11 juin 2016