S'inscrire sur COREandCO
Webzine musical COREandCO : hardcore, metal, rock et leurs dérives

Far - "At night we live"

Far - "At night we live"
chronique Far - At night we live
7.5/10 0
Acheter Far At night we live sur Amazon

CD album CD album

 

Style musical : 

Emo-rock

 

Année : 

2010

 

Tracklist :

1. Deafening
2. If You Cared Enough
3. When I Could See
4. Give Me A Reason
5. Dear Enemy
6. Fight Song #16,233,241
7. At Night We Live
8. Burns
9. Better Surrender
10. Are You Sure?
11. The Ghost That Kept On Haunting

 

Label : 

Vagrant records
Dans le même style :
Gypsy - Giant's despair

 

Les come-back ne sont jamais de minces affaires. Quand Far, groupe emblématique des 90's a annoncé le sien, les sourires se sont doucement effacés pour laisser place aux doutes : 
Far peut-il être en 2010 l'inspirateur qu'il fut avec l'inoubliable Water and solutions, sur lequel les américains nous avaient laissés, ou qui fut si marquant dès Quick en 1994... ?
Quand on écoute bon nombre de groupes actuels on sent qu'ils ont été nourris avec ces albums devenus historiques bien que méconnus du grand public.
 
Aujourd'hui Far n'a plus cette force exploratrice et fondatrice du rock-émo.
Non que le chant de Jonah Matranga ait perdu en émotion ou qualité. Loin de là, il nous régale toujours autant. Chaque son sortant de sa bouche nous touche, aussi bien lorsqu'il joue la carte de la fébrilité, de la sensibilité, lorsqu'il nous sussurre quelques phrases, lorsqu'il tient une note, lorsqu'il s'écorche avec la même douleur qu'il y a 12-15 ans.
Si "Defeaning" est sensé qualifier un silence, cette chanson est au contraire le meilleur lancement que l'on pouvait attendre. Tout y est aussi bien dans le chant que dans les riffs. En trois minutes le charme opère... La suite de la première partie de cet album est d'ailleurs tout bonnement parfaite. On retrouvera sur "Give me a reason" un ton aux allures plus légères mais une accroche et une sensibilité semblables (au moins dans le chant).
 
"If you cared enough" joue encore sur la force mélodique de Jonah. On reconnaît bien là le style Far, celui qui a inspiré Biffy Clyro (à 2min36, les quelques notes de piano) ou Sparta (dans le chant).
L'ambiance qui se dégage de "When I could see" est à la fois touchante, sombre, douce puis s'envole dans une seconde partie dans un style post-rock.
Un titre qui contraste avec les énergiques "Dear enemy" et "Fight song 16.233.241" ou "Burns"  bien plus rentre-dedans n'ignorant pas complètement la partie plus mélodique...
 
Au milieu de ces titres vraiment accrocheurs, il y a ce morceau, empreint d'un spleen implacable : "At night we live". Le conte d'un rêve que le chanteur de Far aurait eu après avoir vu Chi de Deftones sur son lit d'hôpital. Vraiment touchant ? Peut-être mais bourrée de clichés musicalement (traitement de la voix, arpège, rythme et jeu de batterie)...L'aspect pathétique de morceau est un peu surfait et ça gâche tout. 
 
Après ce morceau le reste est d'ailleurs un peu plus fade. "Are you sure" ( qui sonne très punk-rock américain, avec toujours cette touche de finesse, bref, quasiment un tube radiophonique), "Better surrender" ne sont pas mal faites, mais ces compos manquent de quelque chose. Du déjà entendu peut-être, du Far assurément...
Il y a l'essai musical "The ghost that kept on haunting", dont la durée de 7min30 laisse une empreinte shoegaze (avec cette marque 90's toujours estampillée sur chacun des titres). L'album s'éteint là dessus...
 
Les cordes vocales de Matangra tremblent encore lorsque les dernières notes s'évanouissent et que le cd s'arrête. Une production lui donnant clairement un avantage sur ses collègues néanmoins audibles. 
A l'écoute de At night we live, on peut facilement retirer que Far a gagné en modernité, perdu en originalité sans pour autant s'enfoncer dans la médiocrité. Même si aux deux-tiers, l'album marque le pas, ce qu'il y a avant et après permet de garder l'album à flot pour en faire une oeuvre de qualité.
Du charme ? Far en a à revendre, et ne semble pas avoir perdu le plaisir de jouer. Far est une de ces reformations qu'on attendait, et qui malgré l'attente, sans être explosive ne nous déçoit pas.
photo de Toukene
le 07/07/2010

Note des commentateurs : 7/10 (sur 1 votes)

Commentaires

Pidji

Sa note : 7/10

Pidji le 07/07/2010 à 08:58:15

IP : 80.13.242.208

On est très loin du cultissime Water & solutions, et j'ai eu beaucoup de mal à entrer dans ce disque au départ. Mais au fil des écoutes, il s'est mis à me trotter dans la tête. Un album sympa au final, mais qui n'atteindra jamais les sommets de son prédécesseur. Dommage !

mat(taw)

mat(taw) le 07/07/2010 à 09:45:54

IP : 62.39.72.199

tu veux dire que jonah fait mieux de rester sur onelinedrawing?

Ajouter un commentaire

Pseudo : e-mail :

Commentaire :

NOTE : Vos commentaires sont soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'ils trouvent que votre message n'a pas à apparaitre ici, il sera supprimé.

Jeux-concours

INTRONAUT + SHINING au CCO de Villeurbanne le 22 septembre : 2 places à gagner !

FOGWAX : 2 CDs à gagner !

Dernières news

Chronique au Hasard

No Return - Inner Madness

COREandCO radio

Évènements

INTRONAUT + SHINING au Preo à Oberhausbergen le 23 septembre 2016Intronaut + Shining au CCO Villeurbanne le 22 septembre 2016