Fred barjo Odonae disquaire cd/vinyle et libraire spécialisé manga à Lille Acheter CD et vinyles doom métal pas chers
S'inscrire sur COREandCO
Webzine musical COREandCO : hardcore, metal, rock et leurs dérives

Guillaume Pingard - "The Theatralisation of the Missing Part"

Guillaume Pingard - "The Theatralisation of the Missing Part"
chronique Guillaume Pingard - The Theatralisation of the Missing Part
8,5/10 0
Acheter Guillaume Pingard The Theatralisation of the Missing Part sur Amazon

CD album CD album (74)

 

Style musical : 

Prog-Metal/Experimental

 

Année : 

2011

 

Tracklist :

1) The Theatralisation of the Missing Part
2) Desillusion
3) it was the only way to... part I
4) Love... This second
5) Taktik
6) NF~
7) It was the only way to... part II
8) Why do we need answers ?!
9) 00 01

 

Label : 

Autoproduction

 

Lieu d'enregistrement : 

Ile-de-France
Dans le même style :
Costin Chioreanu - The Quest For A Morning Star

 

Gros plan aujourd’hui sur un album qui se veut intemporel. Le postulat de Guillaume Pingard (Chanteur et guitariste chez SentencE) est de délivrer un album instrumental en 2 phases distinctes. Exercice osé pour le concept à l’heure où la musique se digitalise au maximum et se consomme de plus en plus rapidement. The Theatralisation of Missing Part s’annonce comme un nœud de résistance à l’épreuve du temps, à l’épreuve de l’immédiateté car il faudra pendre le temps de pouvoir se plonger dans l’œuvre. Pour ce deuxième effort en solo, Guillaume Pingard retrouve une de ses marottes favorites justement, cette interrogation sur le temps qui passe. Faisant suite à Cascadia (2007), dont le thème était la référence à l’instant et la liberté de ce que nous en faisons.

 

 

Sur le site de l’auteur, nous apprenons que le projet démarre en 2008. En chiffres, cela donne 1 double album pour 70 minutes de musique. 2 ans de composition, 6 mois d’enregistrements dont 2 intensifs (en 500 prises réparties, soit 4 heures quotidiennes de travail parfois plus jusqu’à 20 heures par week-end). Si la musique est une histoire de passion avant tout, cette réalité traduit aussi l’implication physique et mentale pour faire aboutir un tel projet. Et le contenu me direz-vous ?

 

 

Nous aurions pu nous attendre à une pure démonstration technique, j’écris ça sans arrière-pensée négative, et à devoir écrire une chronique basée sur la forme, le picking et les triolets. Une belle gageure pour qui n’a pas forcément les compétences requises. En lieu et place d’un concours de tricotage à 10 doigts dont 2 pouces opposables, on a affaire à des ambiances, de véritables courts-métrage de sons. Un disque à regarder par le prisme des émotions et des sensations qu’il procure. La délicatesse dont l’idée d’extraire un chapitre plutôt qu’un autre. Bien sûr les spécialistes apporteront un regard plus attentif sur l’ingénierie déployée. Pour ma part, je suis  étonnamment satisfait par la place qu’occupe la basse tout au long des plages. Pour un travail sur la guitare, on ne peut que s’en réjouir, les 4 cordes si souvent négligées font bien plus qu’accompagner les morceaux. C’est un bassiste qui vous le dit !

 

 

L’album se divise en 2 parties distinctes donc, 5 titres auxquels on s’attend, prévisibles dans ce genre d’exercice et 4 titres plus expérimentaux qui donnent la part belle à un travail sur le son (davantage que la technique ou le –style- choisi).  On se rend compte aussi après plusieurs écoutes que la voix ne manque pas. Les solis décuplés jouent parfois avec les nerfs et provoquent un rejet violent chez les non-initiés. The Theatralisation of the Missing Part parvient à se défaire de ces poncifs par une belle diversité. « Taktik » en est un des exemples les plus frappants.

 

Les deux parties de « It was the only way to… » aussi dissemblables soient-elles, représentent à mon sens la richesse des compositions et la largesse d’esprit et d’innovation dans un genre souvent cloisonné à ses propres modèles. Guillaume Pingard m’apparaît davantage comme un créateur libre que comme un technicien appliqué. Généralement insensible à ce genre de démonstration, j’ai pris du plaisir à l’écoute du disque, cherchant les dérapages bienvenus qui emmènent l’auditeur ailleurs. Belle Pièce.  De théâtre il en question mais bien loin de toute tragédie.

photo de Eric D-Toorop
le 07/02/2011

Note des commentateurs : 2/10 (sur 1 votes)

Commentaires

Agnostic

Sa note : 2/10

Agnostic le 13/02/2012 à 12:29:31

IP : 88.184.29.225

Beaucoup de bruit pour rien.
Cet album, j'ai eu du mal à aller jusqu'au bout... Guillaume Pingard devrait plutôt jouer du kazoo.

Ajouter un commentaire

Pseudo : e-mail :

Commentaire :

NOTE : Vos commentaires sont soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'ils trouvent que votre message n'a pas à apparaitre ici, il sera supprimé.

Jeux-concours

INTRONAUT + SHINING au CCO de Villeurbanne le 22 septembre : 2 places à gagner !

Dernières news

Chronique au Hasard

Saves The Day - Daybreak

COREandCO radio

Évènements

INTRONAUT + SHINING au Preo à Oberhausbergen le 23 septembre 2016Intronaut + Shining au CCO Villeurbanne le 22 septembre 2016See you in the pit #6 du 8 juillet au 23 août 2016 @ Secret Place à Saint-jean-De-Vedas