Parween - Géographie croisée

Chronique CD album

chronique Parween - Géographie croisée
C'est fou comme parfois, certains disques sortent totalement inaperçus. Et pourtant, je m'étais fait un plaisir de chroniquer le premier album de Parween. Et puis plus rien. C'est en tombant par hasard sur leur myspace que je découvre que le combo a sorti un nouvel opus, intitulé "géographie croisée", il y a quelques mois. Quand je pense à la promo quasi nulle de ce CD par rapport à la qualité de celui-ci, je me dis que pas mal de groupes devraient en prendre de la graine, trop pressés d'être stars avant de faire l'essentiel : jouer de la putain de bonne musique.

Lors de ma chronique de l'album éponyme, je n'avais cessé de comparer la voix de Mickaël Marchal à celle de Karl Middleton (ex-Earthtone9, et actuel Twin Zero encore une fois, promis j'arrête d'en parler). Et bien, ici, on oublie ! Fini le chant clair, place aux hurlements tous azimuts. Le groupe part dans une voie plus hardcore - hardcore moderne j'entends, pas NYHC - mais toujours avec cette touche rock'n'roll qui les suit depuis leurs débuts. Résultat : le premier titre, "Millilitre", est une véritable bombe, énergique et groovy à souhaits. Le batteur arrive à insuffler une rythmique propre à chaque compo, comme sur ce premier titre donc, mais aussi sur les autres : mention particulière à "Segment", avec ces roulements de caisse claire bien inspirés. Evidemment, les guitares ne sont pas en reste, avec des riffs rock et un son loin d'être propre, tant mieux. Elles savent se faire lourdes quand il faut, et ne baissent jamais la garde sauf peut-être pour l'interlude cachée entre les pistes "Parcelle" et "Bief" ; ce septième titre mettant beaucoup de temps à démarrer car amené progressivement par les instruments durant plusieurs minutes ; l'explosion n'en est que plus jouissive.

Parlons un peu du côté "conceptuel" de l'album : chaque titre de chanson correspond à un ou plusieurs mots d'une seule grande phrase. Le tout se terminant logiquement par une "Synthèse" (piste 8). Un grand texte très imagé reprends les différentes chansons dans le livret. Notons également que l'artwork a été réalisé par le bassiste, et l'enregistrement Par Sylvain Biguet, le batteur. On reste donc en famille.

Parween m'avait déjà tapé dans l'oeil lors de la sortie de leur premier opus, et là, c'est la confirmation. Loin de vouloir séduire qui que ce soit, le groupe fait ce qui lui plait, et ça marche ! L'évolution du groupe va dans le bon sens, avec cette énergie décuplée tout en gardant ce côté rock'n'roll qu'ils avaient déjà. Les alternances groove/violence/rock forment un cocktail détonnant, qui tourne en boucle sur ma platine depuis que j'ai ce cd. Sincèrement, je ne comprends pas comment un tel groupe n'a pas encore signé chez un label.
photo de Pidji
le 14/05/2008

1 COMMENTAIRE

Tookie

Tookie le 16/05/2008 à 11:57:08

Personnellement j'ai largement préféré le premier album mais c'est clair qu'ils ont un son original et interessant.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements