S'inscrire sur COREandCO
Webzine musical COREandCO : hardcore, metal, rock et leurs dérives

I heart Hiroshima - "The rip"

I heart Hiroshima - "The rip"
chronique I heart Hiroshima - The rip
6.5/10 0
Acheter I heart Hiroshima The rip sur Amazon

CD album CD album (46.49)

 

Style musical : 

pop-rock

 

Année : 

2010

 

Tracklist :

01. Count Me In - 2:12
02. Got Out - 2:53
03. Shakeytown - 3:33
04. South - 3:31
05. Old Tree - 4:33
06. The Corner - 2:33
07. Four Sails - 3:31
08. River - 4:35
09. Ocean - 3:58
10. Well - 3:31
11. Here It Comes - 2:57
12. Who I Was - 3:04
13. Listen - 3:04

 

Label : 

Cargo Records
Dans le même style :
No Faïence - S/t (EP)

Petite surprise venue d'Australie, I heart Hiroshima signe sur cet album une série de titres pop-rock dans un premier temps convaincants, avec ce "Count me in" et ce "Got out" aux voix entremêlées, vigoureux et de belle facture, et "Shakeytown", qui tutoie l'excellence de Los Campesinos dans ce créneau d'une pop remuante et euphorisante.

 

L'inspiration s'essouffle ensuite quelque peu, sans se tarir entièrement, il faut le souligner, les ressortissants de Brisbane abusant peut-être d'une formule certes porteuse, mais dont l'usage systématique peut finir par lasser, quand bien même aucune chanson de The Rip ne dénature vraiment l'ensemble de l'album.

 

On se réjouit ainsi de "Old tree", appuyé, de ses guitares fines, des tempi changeants de la plupart des plages, des voix qui se complètent ou se répondent, du côté "wild", même, lié à certains passages, et le choix de la formation australienne de n'opter ni pour l'un ni pour l'autre des deux options possibles (mordant rock d'un côté, sensibilité pop de l'autre) apparait judicieux. Le choix d'un chant féminin encanaillé aussi (River, entre autres); et l'allant lié à "The Rip" fait pencher la différence du bon côté. L'opus en présence ne révolutionnera pas le monde du rock, mais constitue une surprise agréable, intéressante dans ses saccades ("Well") comme dans ses élans plus fonceurs (un "here it comes" qui m'évoque les morceaux les plus pop du Rather ripped de Sonic Youth).

 

En outre, une orientation 90's se dégage de l'ensemble, dont la fin, entre "Who I was" et sa dualité vocale batailleuse et ses excès soniques appréciables et un dernier morceau lui aussi sauvage, trépidant, qui se montre de bon niveau. Et on trouve, à l'arrivée, un disque sans faille, dont on ne peut estimer, pour l'heure, la durabilité, mais qui, pour le moment, fait son petit effet et incite à des écoutes régulières.

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment.

Ajouter un commentaire

Pseudo : e-mail :

Commentaire :

NOTE : Vos commentaires sont soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'ils trouvent que votre message n'a pas à apparaitre ici, il sera supprimé.

Jeux-concours

PG.LOST : 2 exemplaires de

Dernières news

Chronique au Hasard

Charger - Spill Your Guts

Évènements

FRANK CARTER & The Rattlesnakes + GodDamn à La Maroquinerie à Paris le 6 octobre 2016THIS GIFT IS A CURSE en tournée française du 27 octobre au 5 novembreCOUGH + Elder + sunnata @ Le Ferrailleur - Café Concert à Nantes le vendredi 7 octobre 2016HYPNO5E + RIGHT TO THE VOID + BEYOND THE STYX @ Paloma à Nimes le 1er octobre 2016Dirty Shirt de retour en France et en Belgique OATHBREAKER + WIFE + THE RODEO IDIOT ENGINE au Ferrailleur à Nantes le 22 novembre 2016WHILE SHE SLEPS au Warmaudio à Lyon le 31 octobre 2016