Agoraphobic Nosebleed - Agorapocalypse

Chronique CD album

chronique Agoraphobic Nosebleed - Agorapocalypse

2009 promet d'être une sacrée année pour le grind ! On est a peine en Mai et on déjà le nouveau Napalm death, le Nouveau Brutal Truth, le nouveau Antigama et bien d'autres à se mettre dans les esgourdes (et peut-être le prochain Gridlink pour la fin d'année si on est sage. Hmmmmm... Gridlink... ). Mais aujourd'hui ce qui nous est intéresse, c'est le nouvel opus de Agoraphobic Nosebleed, sobrement ré-intitulé Agorapocalypse (le nom prévu à l'origine pour cet album était un peu trop... funky dirons-nous). La première surprise ne nous vous vient pas de l'artwork, toujours aussi pharmaco-psychédélique, et toujours réalisé par Florian Bertmer, mais plutôt de la tracklist. Hé oui, seulement 13 titres pour cet album de 28mn. Agoraphobic Nosebleed se serait-il racheté une conduite et abandonné l'empilage de titres de 10 secondes de gros blasts ? Fin du suspense, c'est bien le cas. Le titre le plus court fait 56 secondes, soit une durée honorable pour du grind lambda, et le reste des morceau oscille entre 2 et 3 minutes. On a affaire ici à des morceaux construits, se rapprochant d'un grind plus classique, oscillant parfois vers des tempos plus lents. Toujours du côté des changements, le groupe accueille un nouveau membre en la personne de Kat du groupe Salome au poste de vocaliste, portant à 3 le nombre de chanteurs dans la formation. Pour citer le groupe à propos de la nouvelle venue : « that bitch can spit ». Ne vous attendez pas à la moindre ligne de chant clair de la part de la demoiselle, tout ce qui sort de sa gorge n'est que violence et éructations. Du coup, les deux autres vocalistes contrebalancent un peu la chose avec leur phrasé plus parlé et retenu (dans le sens vicieux). Du côté vocal, l'album est très réussi, les différents membres se répondent et dynamisent énormément l'ensemble. Dernier changement et pas des moindres : le son. Exit le son brouillon avec la guitare/tronçonneuse en retrait comme on avait droit dans le légendaire Altered States Of America (100 Morceaux En 20mn Dans Ta Gueule pour les intimes), ici tout est parfaitement audible et surtout SUR-PHAT. Y'a qu'a entendre les premières notes de "Question Of Integrity" ou "Hung From The Rising Sun" pour comprendre que Scott Hull, compositeur, guitariste, et en charge du mixage, n'a pas lésiné sur la surproduction. Mais cette lisibilité est aussi dûe aux compositions en elles-mêmes, bien plus aérées que par le passé. On note aussi l'apparition de solos, assez fréquents, mais qui s'intègrent très bien dans l'ensemble. A ce registre, on note encore un changement (le dernier, promis) sur ce qui est pour moi la clé de voûte de ce groupe : la boite à rythmes. Agoraphobic Nosebleed nous avait habitué par le passé à une programmation complètement inhumaine, épileptique, tant au niveau du son que de la structure, mais sans jamais tomber dans la facilité du blast non stop. Ils ont sû imposer un son et un type de patterns qui a fait des émules (hum). Mais Drumkit From Hell est passé par là avec ses gros sabots, et le son particulier de la boite à rythmes a été remplacé par une programmation bien plus humaine, en témoigne le long solo « réaliste » qui clôture Question Of Integrity. Cela peut surprendre le puriste au début, mais on s'habitue vite, tant ce que l'on perd en boîte à rythmes, on le gagne dans la composition et le son en général. Difficile de savoir lequel de tous ces changements a entrainé tous les autres, mais le fait est qu'Agorapocalypse est un album solide et complet, sans tomber dans une redite de Pig Destroyer (l'autre groupe de Scott Hull). Le groupe a sû négocier avec brio son changement de cap nécessaire après toutes ces années de grind ultraviolent. Vivement qu'on puisse voir ce que ça donne sur scène !

le 11/05/2009

4 COMMENTAIRES

Sam

Sam le 11/05/2009 à 11:03:36

yeap, bien plaisant cet album! Pas incroyable, mais bien cool. AVENU

mat(taw)

mat(taw) le 11/05/2009 à 14:15:45

le packaging vinyl est splendide en tout cas, et les paroles du livret c'est du grand porte nawak...

sepulturastaman

sepulturastaman le 10/07/2009 à 22:00:57

Jusqu'à maintenant j'avais pas accroché au trip ANB (surtout à cause de la bar) mais là je suis ventousé. le son est adapté à la musique ça reste franchement typé grind/hardcore, la bar sonne rudemment bien et elle est pas chiante du tout. Le reste de la musique est vraiment térrible. les vocaux : autant je suis contre une nenétte dans le metal mais dans le gring/crust/power/punk ça éclate tout, je trouve que la chanteuse apporte une plus value à ANB.
j'ai pas acheter grand grind cette année mais ce disque et pour moi loin devant Mumakill, et Brutal Truth, maintenant faut voir le Magrudergrind.

((( viking jazz )))

((( viking jazz ))) le 11/07/2009 à 10:31:21

"mais ce disque et pour moi loin devant Mumakill, et Brutal Truth, maintenant faut voir le Magrudergrind." ... et le prochain Cadillacs & Dinosaurs héhéhé !!!

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • BRUTUS, DAGOBA, LISTENER et d'autres au Poche à Béthune jusqu'au 10 novembre 2019
  • EARTH au Petit Bain à Paris le 19 novembre 2019
  • Hexis + WOES + Expiation au Puzzle Pub Tours le 2 novembre 2019

HASARDandCO

THE MAPLE ROOM - juin 2004
Nkt - Démo 2
Chronique

Nkt - Démo 2

Le 23/08/2013