NEVER SAY DIE (COMEBACK KID + PARKWAY DRIVE + CANCER BATS + THIS IS HELL + THE WARRIORS) le 12/11/2007, La scène Bastille, Paris (75)

  • NEVER SAY DIE (COMEBACK KID + PARKWAY DRIVE + CANCER BATS + THIS IS HELL + THE WARRIORS) (report)
  • NEVER SAY DIE (COMEBACK KID + PARKWAY DRIVE + CANCER BATS + THIS IS HELL + THE WARRIORS) - photo1
  • NEVER SAY DIE (COMEBACK KID + PARKWAY DRIVE + CANCER BATS + THIS IS HELL + THE WARRIORS) - photo2
  • NEVER SAY DIE (COMEBACK KID + PARKWAY DRIVE + CANCER BATS + THIS IS HELL + THE WARRIORS) - photo3
  • NEVER SAY DIE (COMEBACK KID + PARKWAY DRIVE + CANCER BATS + THIS IS HELL + THE WARRIORS) - photo4
  • NEVER SAY DIE (COMEBACK KID + PARKWAY DRIVE + CANCER BATS + THIS IS HELL + THE WARRIORS) - photo5
  • NEVER SAY DIE (COMEBACK KID + PARKWAY DRIVE + CANCER BATS + THIS IS HELL + THE WARRIORS) - photo6
  • NEVER SAY DIE (COMEBACK KID + PARKWAY DRIVE + CANCER BATS + THIS IS HELL + THE WARRIORS) - photo7
  • NEVER SAY DIE (COMEBACK KID + PARKWAY DRIVE + CANCER BATS + THIS IS HELL + THE WARRIORS) - photo8
  • NEVER SAY DIE (COMEBACK KID + PARKWAY DRIVE + CANCER BATS + THIS IS HELL + THE WARRIORS) - photo9
  • NEVER SAY DIE (COMEBACK KID + PARKWAY DRIVE + CANCER BATS + THIS IS HELL + THE WARRIORS) - photo10
  • NEVER SAY DIE (COMEBACK KID + PARKWAY DRIVE + CANCER BATS + THIS IS HELL + THE WARRIORS) - photo11
  • NEVER SAY DIE (COMEBACK KID + PARKWAY DRIVE + CANCER BATS + THIS IS HELL + THE WARRIORS) - photo12
  • NEVER SAY DIE (COMEBACK KID + PARKWAY DRIVE + CANCER BATS + THIS IS HELL + THE WARRIORS) - photo13
  • NEVER SAY DIE (COMEBACK KID + PARKWAY DRIVE + CANCER BATS + THIS IS HELL + THE WARRIORS) - photo14
  • NEVER SAY DIE (COMEBACK KID + PARKWAY DRIVE + CANCER BATS + THIS IS HELL + THE WARRIORS) - photo15
  • NEVER SAY DIE (COMEBACK KID + PARKWAY DRIVE + CANCER BATS + THIS IS HELL + THE WARRIORS) - photo16
Le « Never Say Die » fest est un mini festival qui regroupe 5 groupes de metal-hardcore, mais 5 profils à part entière et avant tout 5 groupes d’amis. Le fest s’arrête pour une date unique en France plus précisément à la scène Bastille à Paris. Il faut reconnaître que l’affiche est plus qu’alléchante, pourtant il faut avoir le courage d’assumer un concert d’un même style musical, 5 groupes ça peut faire long…et encore plus un lundi soir.
Pourtant pari relevé avec brio par les organisateurs « emo days » et « only talent productions ». Pour un lundi, une scène bastille remplie, ça fait plaisir…en plus le public hétérogène vient de toute la France. La salle ouvre ses portes à 19H40 avec un peu de retard…en même temps pour ne pas citer un collègue présent à la salle, personne n’avait la même heure d’ouverture des portes…

Le concert débute vers 20H10 avec les californiens de The Warriors, le public est impatient mais réservé. L’envie de se donner uniquement sur les têtes d’affiches se fait sentir, mis à part 3 irréductibles, le public n’est pas dedans. Pourtant The Warriors aura tenté de nous convaincre autant qu’ils ont pu, avec un set massif, un chanteur qui se permet de raconter des blagues douteuses…on lui pardonne il fête ses 24 ans ce soir là. Une demi-heure de set, où on verra aussi passer au chant Winston de Parkway Drive et Andrew de Comeback Kid. La prestation est mitigée, la batterie ne s’entend pas très bien. Les chansons sont assez répétitives. Au final, on retiendra qu’ils devaient être pressés d’aller faire la fête après le concert.

S’enchaînent ensuite les New Yorkais de This is hell, la température monte d’un cran et la salle est déjà plus réactive. Les This is Hell nous distillent un très bon set, où on retrouve toute la pêche des compo de l’album « Sundowning ». Les guitaristes et le bassiste sont montés sur ressort et pourtant ne manquent en rien sur leur excellente prestation. Exécution plutôt propre. On compte quelques fans dans la salle qui se prêtent avec joie aux sing-alongs. Petite anecdote d’un des guitariste : Jésus vous a donné cette scène pour que vous montiez dessus, si vous connaissez les paroles chantez avec nous et sinon sautez dans le public. Bon esprit, bien positif en tout cas.

Ensuite arrivent les canadiens de Cancer Bats, amis de longues dates des Comeback Kid, équation sans inconnu en somme 2 membres de Comeback Kid + 2 membres de Cancer Bats = un ancien groupe commun. Le chanteur se permet de nous parler dans un français plus que correct et est une pile ambulante. Cancer Bats c’est un peu l’énergie du punk, des guitares bien metal à l’ancienne, le tout bien orchestré et bien exécuté. Le groupe attaque avec le combo « Grenades » et « French Immersion » puis s’enchaînent nombreux titres de « Birthing the Giant » et ils enchaînent et enchaînent et se déchaînent… Malgré un set très efficace, on reste avec cette légère impression que c’était très répétitif même si le charisme du chanteur a bien rehaussé le show. Il faut dire qu’on est impatient de passer à Parkway Drive et Comeback Kid.

Enfin, voila les australiens, sans planches de surf mais on sent quelles sont pas loin. Nos 5 charmants jeunes hommes viennent nous présenter sur scène leur nouveau sponsor… euh non leur nouvel album « Horizons ». Nos jeunes gens se font attendre avec l’installation hésitante et lancinante de panneaux « To Die For », puis entrée en scène sur l’intro de « Horizons » et on enchaîne avec « the Siren’s Song ». Au final, une demi-heure, où on retrouve la pêche du chanteur, les tappings des guitaristes…un peu foireux par moment. On sent pourtant que c’est un groupe qui joue bien techniquement mais ce soir, c’est très approximatif. On ne leur en veut pas pour autant, on aura eu droit au final à 30 minutes où se seront mêlées avec brio autant de compos brutales que des compo mélo. On fait le tour du meilleur des albums avec des chansons de « Killing With A Smile » comme « Guns for the show, knives for the pro », « Gimme a D », « Picture Perfect, pathetic », et des chansons de « Horizons » telles que « Carrion », « Boneyards »…et on termine le set avec « Romance is Dead ». En résumé, un bon show quand même avec quelques ratés, un public un peu plus réveillé pourtant. Allez c’est pas grave, on reviendra quand même « Yipikayeah Motherfuckers ».

Les tant attendus arrivent enfin. Comeback Kid nous reviennent avec un léger changement de line-up, le chanteur originel Scott est parti et on retrouve au chant Andrew un des guitaristes. Ils accueillent ainsi un nouveau membre à la guitare. Première impression, le groupe est carré, le son est gros, le tout sonne parfaitement et harmonieusement avec le public. Le public montre clairement qu’il a fait le déplacement pour eux et chante toutes les chansons. On notera que le set est parfait aussi en tout point, que ce soit l’exécution des compos elles-mêmes que le choix des compos. On retrouve des compos de « Turn It Around » dont « Lorelei », « All in a year », « Die tonight », des compos de « Wake the Dead » dont « Talk is cheap » qui ouvre le bal, « False Idols fall », « The Trouble I love », « Our distance », « Partners in Crime » et « Wake the Dead » qui clôture magnifiquement la soirée et aussi des compos de « Broadcasting » dont « broadcasting ».

On retiendra que Comeback Kid aura effectué la meilleure prestation de la soirée et ce groupe aura fait chanter et danser le public le tout dans une ambiance positive. Andrew est parfaitement adapté à sa nouvelle position. Le nouveau guitariste aussi. La relève est assurée. Rien à rajouter que rien ne vaut des sing-alongs et un peu de mélo pour réunir.
23H45, c’est déjà terminé. Malgré les problèmes de batterie, on a eu droit à 5 groupes très en forme, 5 ambiances différentes et le tout positif, que demander de plus !
photo de Rose
le 16/11/2007

Les photos

NEVER SAY DIE (COMEBACK KID + PARKWAY DRIVE + CANCER BATS + THIS IS HELL + THE WARRIORS) le 12/11/2007, La scène Bastille, Paris (75) - photo1NEVER SAY DIE (COMEBACK KID + PARKWAY DRIVE + CANCER BATS + THIS IS HELL + THE WARRIORS) le 12/11/2007, La scène Bastille, Paris (75) - photo2NEVER SAY DIE (COMEBACK KID + PARKWAY DRIVE + CANCER BATS + THIS IS HELL + THE WARRIORS) le 12/11/2007, La scène Bastille, Paris (75) - photo3NEVER SAY DIE (COMEBACK KID + PARKWAY DRIVE + CANCER BATS + THIS IS HELL + THE WARRIORS) le 12/11/2007, La scène Bastille, Paris (75) - photo4NEVER SAY DIE (COMEBACK KID + PARKWAY DRIVE + CANCER BATS + THIS IS HELL + THE WARRIORS) le 12/11/2007, La scène Bastille, Paris (75) - photo5NEVER SAY DIE (COMEBACK KID + PARKWAY DRIVE + CANCER BATS + THIS IS HELL + THE WARRIORS) le 12/11/2007, La scène Bastille, Paris (75) - photo6NEVER SAY DIE (COMEBACK KID + PARKWAY DRIVE + CANCER BATS + THIS IS HELL + THE WARRIORS) le 12/11/2007, La scène Bastille, Paris (75) - photo7NEVER SAY DIE (COMEBACK KID + PARKWAY DRIVE + CANCER BATS + THIS IS HELL + THE WARRIORS) le 12/11/2007, La scène Bastille, Paris (75) - photo8NEVER SAY DIE (COMEBACK KID + PARKWAY DRIVE + CANCER BATS + THIS IS HELL + THE WARRIORS) le 12/11/2007, La scène Bastille, Paris (75) - photo9NEVER SAY DIE (COMEBACK KID + PARKWAY DRIVE + CANCER BATS + THIS IS HELL + THE WARRIORS) le 12/11/2007, La scène Bastille, Paris (75) - photo10NEVER SAY DIE (COMEBACK KID + PARKWAY DRIVE + CANCER BATS + THIS IS HELL + THE WARRIORS) le 12/11/2007, La scène Bastille, Paris (75) - photo11NEVER SAY DIE (COMEBACK KID + PARKWAY DRIVE + CANCER BATS + THIS IS HELL + THE WARRIORS) le 12/11/2007, La scène Bastille, Paris (75) - photo12NEVER SAY DIE (COMEBACK KID + PARKWAY DRIVE + CANCER BATS + THIS IS HELL + THE WARRIORS) le 12/11/2007, La scène Bastille, Paris (75) - photo13NEVER SAY DIE (COMEBACK KID + PARKWAY DRIVE + CANCER BATS + THIS IS HELL + THE WARRIORS) le 12/11/2007, La scène Bastille, Paris (75) - photo14NEVER SAY DIE (COMEBACK KID + PARKWAY DRIVE + CANCER BATS + THIS IS HELL + THE WARRIORS) le 12/11/2007, La scène Bastille, Paris (75) - photo15NEVER SAY DIE (COMEBACK KID + PARKWAY DRIVE + CANCER BATS + THIS IS HELL + THE WARRIORS) le 12/11/2007, La scène Bastille, Paris (75) - photo16

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

HASARDandCO

Crystal Castles - Crystal Castles
Toner low - II
Chronique

Toner low - II

Le 31/01/2010