Blackness - Dawn Of The New Sun

Blackness - "Dawn Of The New Sun"
chronique Blackness - Dawn Of The New Sun

Voici une reformation qui fait du bien (qui me fait rudement plaisir tout du moins) ! Par contre, je ne sais pas si c'est par opportunisme qu'ils se reforment (en tout cas, ce n'est pas une question de brouzoufs) ou par plaisir que Pedro, Laurent et Raph remettent le couvert avec un nouveau batteur. En gros, Blackness est à la France ce que Kreator est à l'Allemagne. D'ailleurs je pourrais, m'arrêter là et divulguer ma fainéantise sous-jacente. Bon sans déconner il vous faut quoi en plus pour vous jeter sur la réédition de ce cd ??? Que je vous redise qu'il est très bien, que les riffs tuent même six ans après, que les rythmiques sont des monstres dans la catégorie, entrainantes et saccadées comme elles se doivent et d'une efficacité affligeante ? Ça turbine, ça envoie direct dans le break avant de t'infliger une reprise à te couper le souffle. C'est simple, leur musique pue le rock : c'est fait à l'instinct sauvage pour tout dégonder. "Aces Of Spades" de Motorhead est repris avec brio, mêlant le punk-rock speed et la puissance du thrash, alors que "Insicuridade" n'est pas une reprise de Motorhead, comme quoi l'élève peut égaler le maitre. Certains vont peut-être trouver la voix trop grosse, voir trop orientée death metal ; c'est vrai qu'il n'y a pas de montées dans les aigus, mais bon vu la teneur de leur thrash une telle voix convient parfaitement. Et comme c'est du thrash pur jus sans additifs de synthèse - qui pense de synthèse putassière mélodiquement-core quelque chose ? - Ici, le thrash a des couilles viriles gonflées à bloc prêtes à t'exploser à la gueule. Et c'est sans doute dans le but de se soulager, qu'ils nous pondent après 8 titres sauvages "LE" morceau romantico-gratte sèche ; façon « là faut que je chope de la belette ». Bah non ce n'est pas avec ce bout de morceau que vous allez déclencher la moindre trace d'humidité dans l'entre-jambes féminin ; enfin si, peut-être au bout des deux petites minutes que dure cet affreux calvaire qui conviendrait à peine planqué en guise d' "hidden track", alors que malheureusement oublié sur le master ça ne gênerait en rien. Pour finir, le son made in LB Studio n'a pas pris une ride : au contraire, c'est comme le vin, il se bonifie avec le temps.

photo de Sepulturastaman
le 26/05/2008

1 COMMENTAIRE

-Raph

-Raph le 03/07/2008 à 10:33:48

Merci pour la review :)
Et je confirme, jamais chopé de belette grâce au morceau romantico-gratte sèche ; mais puisque ça a l'air de te plaire, on va en remettre un sur le prochain album :p on aura peut-être plus de chance cette fois :D
Bonne continuation ;)

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements