Bring Me the Horizon - Suicide Season

Bring Me the Horizon - "Suicide Season"
chronique Bring Me the Horizon - Suicide Season
Fer de lance de la nouvelle mouvance Deathcore/metalcore So British, Bring Me the Horizon était jusque là auteur d'un album que moyennement recommandable ("Count YOur Blessing"). Devenu assez rapidement soit un groupe adulé par leurs (très) jeunes fans (la moyenne d'âge du groupe doit atteindre le 22 ans maximum), soit un groupe déchainant les vannes capillaires et les critiques négatives à leur sujet. Finalement, Bring Me the Horizon (BMTH pour les intimes) récidive cette année avec un second album au titre guilleret de "Suicide Season". Alors, album de la maturité ?

A les écouter, ce nouveau cd va plus dans l'expérimentation et la variété que le précédent. Je ne saurais les contredire ! S'évadant de leur carcan deathcore (banal) où les notes de guitares s'enchainaient sans trop de cohérence et où la voix était toujours dans l'exagération (trop grave ou trop aigue), le combo explore une face plus tempéré de leur style de prédilection. Point de douceur ici, mais juste que le chanteur maitrise mieux son chant, moins exagéré, plus violent et émotif ("It Was Written In Blood") aussi, et que la musique ne donne plus cette impression de brouillon. Les compositions sont mieux construites, avec des plans de grattes super efficaces et audibles, des breaks électro rendant l'atmosphère plus aérée ("Chelsea Smile" en est le parfait exemple).
Bien entendu le groupe est toujours aussi fougueux (vive la jeunesse) et propose des titres déchainés où la double pédale s'emballe, le chant est gueulé à fond et où les riffs sont vite brouillons comme "Sleep With One Eye open" ou encore le très court et gueulard "I've Read About Girls Like You on the Back of Toilet Doors".

Et si le groupe parle de variété c'est par ce qu'il en est bien question, entre le break hardcore qu'est "Football Season Is Over", ou les éléments électro incorporés dans "Chelsea Smile" et "The Comedown" entre autre.Tout cela n'est pas là pour déplaire et apporte beaucoup aux morceaux qui semblent moins similaires. Côté composition le groupe a aussi fait de gros efforts, que ce soit sur l'aspect moins prévisible des constructions de morceaux, ou encore sur les breaks parfois inattendus, (soit très brutaux ou très doux). Et on retiendra le morceau éponyme qui clôt l'album, étendu sur huit minutes, à la construction et interprétation nickel chrome.

On ne trouvera que peu de défaut majeur à cet album qui rattrape avec brio le semi échec qu'était le précédent opus. L'album s'écoute avec plaisir et on represse volontiers sur le bouton PLAY à la fin. Entre titres ultra efficaces et fougue juvénile, ce "Suicide Season" peut se targuer de ne pas être qu'un simple album deathcore de plus. Et pour répondre à la question du début, non ce cd n'est pas encore l'album de la maturité pour BMTH, car avec l'âge des membres on peut se permettre de dire que le futur nous réservera quelque chose de meilleur encore.
photo de DreamBrother
le 03/12/2008

3 COMMENTAIRES

Tookie

Tookie le 03/12/2008 à 17:47:22

Hormis l'expression album de la maturité que je trouve toujours un peu....con (dsl) la chronique est très juste et retranscrit bien cet album qui a la patate, et qui fait dire que la méche ne fait pas le zicos... (oui oui ca aussi c'est une expression merdique)

Validus

Validus le 07/12/2008 à 16:01:28

Moi je preferais le précédent car j'avoue que coté deathcore j'ai pas experimenté grand chose. Les lyrics ne sont pas très serieux et on sent les fins de crises d'ado dans les thèmes abordés (faire la fete, picoller, baiser, se venger des mechante filles qui font kré mal au coeur).

Au final je le trouve beaucoup plus moux que le précédent et en fait ce sont les morceaux les plus calmes que je préfere sur ce dernier (suicide season, the sadness will never end) excepté chelsea smile.

yassine

yassine le 12/12/2008 à 00:05:30

this album is good but it's late ^^

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • BLACK BOMB A + Dagoba + Mugslug au Séchoir (L'Atelier À Spectacle) le 12 octobre 2019
  • ARO ORA release party à La Parenthèse à Ballan Miré (37) le 12 octobre 2019
  • Sleep au Bataclan à Paris le 8 octobre 2019