Coprofago - Unorthodox Creative Criteria

Chronique CD album (40mn20)

chronique Coprofago - Unorthodox Creative Criteria
Ahhhh le Chili, 756 765 km ², 15millions d´habitant parlant l´espagnol, le Chili-con-carne, et une des rares présidente d´un état, la bien nommée Michelle BACHELET. Mais c´est aussi COPROGAGO, un jeune groupe formé en 1993 a SanTiago et a la base officiant dans un registre doom-death. Mais depuis Genesis en 2002, les quatre « mangeur de caca » ( traduction littérale du nom de ce combo chilien) ont tourné la tête vers un Death metal ultra technique et polymorphe alliant différents styles paraissant au premier abord bien opposés, en un mot: du Techno Death.

Comme toujours, les groupes évoluant dans ce style ne peuvent passer a coté du travail accompli par Atheist, Cynic et Death, et les comparaisons sont ainsi nombreuses; mais ne les discréditons pas aveuglement, car ces petits gars ont un réel potentiel !
Pourtant éternels outsiders (ce nom ..) les quatre aficionados du mélange death technique et free jazz distillent une musique bien burnée et super bien tournée.
Rythmiques syncopées ( et le mot est faible) structures alambiquées aux possibles, enchaînements de plans metal et jazz, de blast et de partie « free» presque improvisées sur le tas etc. Le mot technique bien qu´approprié paraît presque faible a l´écoute de ce dernier opus tant les quatre musicos se donnent a fond et travaillent leurs morceaux avec des pincettes pour ne pas en laisser une seule miette inachevée ou bancale.
Les guitares balancent riffs techniques typique au style (comme Necrophagist par exemple) et solos tordus, la batterie croule sous les contretemps et les changements de tempo, la basse fretless enfin ronronne magnifiquement tout au long des 13 compos que contient cette réédition (re-mixée en France, avec 2 bonus)
L´originalité est également au rendez vous, avec l´utilisation juste et soignée de la guitare-synthé qui permet d´aérer les morceaux dans les passages jazz (ou metal parfois ) entre deux parties énervées.
La production de ce petit bijoux très clinique ne gâche rien a la musique complexe du combo, mettant en avant le talent de composition des chiliens, en privilégiant un son frais plutôt que de plomber les atmosphères relativement aériennes, malgré un chant guttural assez monocorde et la vélocité de certaines attaques rythmiques.
Notons également l´utilisation du synthé et de quelques cordes ( violon ?) ou même d´éléments électroniques ou de cuivres relativement intéressants.

Ai-je dis que ce groupe piochait dans le même répertoire que les grands qui ont crées ce style??, vous voulez des comparaisons ? On y coupera donc pas. Le chant tout d´abord ressemblant a tout point de vue ( ça en fait presque peur) a celui de Jens KIDMAN (meshuggah), les solos biscornus en tapping et les rythmiques syncopés a souhait (meshuggah toujours), les passages jazzy où la basse mène la danse (sean malone dans toute sa virtuosité avec Gordian Knot, Aghora ou Cynic), les petits solos de synthé (Sadist) etc...
Même si ce groupe officie dans un style où les plus grands ce sont déjà imposés, il n´en ai pas pour autant un mauvais rejeton, et établie sa petite mixture avec virtuosité, technicité et vélocité. De plus bénéficiant d´une bonne production, d´un artwork sympa, d´influences non négligeables, et d´un distribution correcte, ce dernier album des chiliens scato saura ravir autant les fans du genre, les assoiffées de techniques ( à s`en chier dessus, parole de bassiste), que les sceptiques a ce mélange jazz-death metal ainsi que les néophytes.
photo de Viking Jazz
le 28/04/2006

1 COMMENTAIRE

Domain-of-death

Domain-of-death le 30/12/2008 à 00:28:27

Un album vraiment grandiose ! J'étais sur le cul quand j'ais écouté leur musique (album Genesis) pour la premiére fois...quel groove ! c'est jouissif ! Je le conseil vraiment de tout coeur !!!

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements