No Return - Psychological Contamination

No Return - "Psychological Contamination"
chronique No Return - Psychological Contamination

Fermez les yeux. Nous sommes en 1991.

 

A l'époque Jean-Pierre Papin pètait la forme et mettait des cacahuètes Pim Pam Poom !

A l'époque je regardais aussi Bioman en buvant du Cacolac.

A l'époque je découvrais la division avec difficulté, annoncant de longues années d'incompréhension en mathématiques.

A l'époque No Return règnait en maître sur le métal français.

 

Un peu parce qu'ils étaient quasiment les seuls.

Beaucoup parce qu'ils étaient au-dessus du lot.

Ils enregistraient Psychological torment en 1990 (sortie 1991) et Comtamination rises l'année suivante

 

De nos jours, j'ai (quasiment) lâché le Cacolac, je bosse et dors avec une vue sur le stade où JPP a fait ses premières papinades (si si j'vous jure !) et les maths ne sont plus un problème, je travaille dans les livres.

Un seul ennui.persistait. 

Je cherchais depuis 2009 les premiers albums de No return. De l'original, faut pas déconner. J'aime les objets.

80€ sur Ebay l'an dernier.

 

Sachant que 80€ ne se trouvent pas dans le cul d'un poney, et n'ayant de toute façon aucun poney sous la main pour vérifier, je patientais dans l'espoir d'une réedition.

Great Dane Records, mon label nordiste favori, s'en est vite chargé.

Les deux albums sus-cités réunis : pour pas cher, avec une pochette classe.

Vraiment classe. Tellement classe qu'elle mêle subtilement les deux pochettes (bien dépassées) en une, très moderne, collant parfaitement avec le style, le genre.

Un peu moins subtil, cette réunion des deux albums combine les deux noms pour se nommer : Psychological contamination.

 

Bref, parlons musique. Mais pas trop.

Chroniquer ces deux albums est un peu stupide.

Sortis il y a 20 ans, ils ont pu acquérir avec le temps, un statut "culte" dans l'hexagone. Le genre de truc intouchable, même si, evidemment les défauts d'avant le sont toujours...mais avec un peu de charme. 

 

Mais alors, cette réedition, elle donne quoi dans le fond ?

Rien de bien spécial en dehors du beau digipack pour la forme.

Rien de fondamentalement renversant pour le fond.

 

Le son remis au goût du jour...et encore ! 

(Je n'ai jamais entendu les anciennes versions, hormis en MP3 (au son donc dénaturé), mon avis risque donc d'être un peu bancal.

 

Le remaniement sonore est bien léger. Parlons plutôt de "polissage".

Même sans être un grand averti, on peut facilement dater les sorties des deux albums. On reconnait surtout le professionnalisme et l'américanisme (y compris sur le premier album enregistré en Allemagne) qui transpirent.

L'enregistrement teuton est tout de même plus thrash.

Le second bien plus death.

 

Les influences, géographiquement, sont donc hyper-identifiables.

Inutile de s'apesantir sur le fond. On sait à quoi s'attendre, y compris quels défauts (Une certaine linéarité par exemple) le style collant parfaitement à l'époque et le groupe n'ayant surtout pas à rougir (au contraire !) de ses créations qui vieillissent très bien.

 

Pourquoi l'affirmer ? 

Trois morceaux live enregistrés en début d'année. Et même sans le chanteur d'origine ça passe très bien.

Enième preuve, s'il en fallait une pour les plus contrariants, que No return, plus de 20 ans après ces sorties, est toujours là.

photo de Tookie
le 31/10/2013

6 COMMENTAIRES

cglaume

cglaume le 31/10/2013 à 12:10:37

Aaaaaaahh, "Comtamination Rises"... Une découverte faite grâce à la compil' "Masters of Brutality" pour moi...

Le Kobaïen

Le Kobaïen le 31/10/2013 à 17:27:11

Et donc, malgré le fait qu'il n'y ait rien de renversant, pour les jeunôts qui sont arrivé après Bioman et Goldorak, tu nous le conseilles? Question inutile vu que c'est les précurseurs! Je vais y jeter une oreille!
Merci Toukene :)

sepulturastaman

sepulturastaman le 31/10/2013 à 23:52:28

C'est un travail marque page ?

Tookie

Tookie le 01/11/2013 à 08:39:27

@Sep' : ?

sepulturastaman

sepulturastaman le 01/11/2013 à 10:50:27

Bah tu dis travailler "dans les livres" à part marque page j'vois pas ce qu'on peut faire. Bon d'accord c'était censé être drôle.

Crom-Cruach

Crom-Cruach le 02/11/2013 à 23:21:24

Moi j'aime.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements