Danny Elfman - Big Mess

Chronique CD album (72:18)

chronique Danny Elfman - Big Mess

Pour débuter la chronique de ce surprenant album solo, il est utile de préciser quelque chose : je n'avais absolument aucune idée du passif de son auteur en dehors de son travail de compositeur cinéma. Personne n'est parfait, et l'existence du groupe Oingo Boingo m'était totalement inconnu jusqu'à aujourd'hui, de même en ce qui concernait son premier album en solitaire. Mais rassurez-vous, si vous êtes dans un cas similaire, cela ne devrait pas trop gêner votre écoute.

 

De la même manière, si vous n'êtes pas particulièrement friand du travail cinéma de Monsieur l'homme-elfe, pas de panique : cette collection de chansons n'y ressemble pas réellement. C'est d'ailleurs cette tonalité assez surprenante, mélange de rock indus et d'ambiant post punk, qui explique la présence de cet album sur ces pages. Et puis, il n'y a qu'à voir les invités de l'album : Trent Reznor, Robin Finck, Josh Freese, Stu Brooks, Nili Brosh, ça doit vous dire un truc, non ?

 

C'est ce genre de participations qui donne le ton de l'album, en plus d'une légitimité supplémentaire. Si Danny Elfman n'a plus vraiment grand-chose à prouver en termes de talent, cette livraison surprise vient en rajouter un peu plus sur tout le bien que l'on pouvait penser de lui. Bien que long de 18 pistes, rien ne vient pourtant faire ressentir une quelconque lourdeur pendant l'écoute, chaque titre s'imbriquant assez parfaitement dans une cohérence générale tout à fait satisfaisante.

 

Bien sûr, certains titres ressortent admirablement du lot, à commencer par ''True''. Accompagné vocalement par l'oscarisé Maitre Reznor, Danny y dévoile sans surprises un sens de l'arrangement précis et hypnotique. Quelques morceaux plus loin, c'est ''Dance With The Lemurs'' qui attire l'attention, par sa basse au groove noir et trainant, portant un chant comparable à celui de David Bowie et Maynard James Keenan. Plus nerveux, ''Devil Takes Away'' propose une atmosphère rock un peu plus classique, mais toujours suffisamment accrocheuse pour que l'on arrive jusqu'à l'excellent ''Better Times'', tout en énergie lui aussi.

 

Une fois arrivé à la fin de l'album, après une reprise du titre ''Insects'' d'Oingo Boingo, un certain sentiment de satisfaction se laisse sentir dans l'air. ''Big Mess'' porte bien son nom, proposant un bordel organisé assez jubilatoire, qui sera à même de plaire à un public en recherche d'efficacité et d'inattendu. A l'approche des 70 ans de son auteur, on ne peut que saluer la performance ! A découvrir sans hésiter si l'envie d'aventure se fait sentir !

photo de Domino
le 04/09/2021

2 COMMENTAIRES

cglaume

cglaume le 04/09/2021 à 10:37:23

Je dois avouer qu'Oingo Boingo je n'en ai entendu parler que parce que Mr. Bungle a repris un de leurs morceaux. Ça vaudrait le coup de creuser...

sepulturastaman

sepulturastaman le 04/09/2021 à 11:02:42

tou-tou tooouuuu toum! tou-tou tooouuuu toum! si  toi aussi tu as reconnu le générique de Batman la serie animé c'est que tu as au alentour de 40 ans tou-tou tooouuuu toum! tou-tou tooouuuu toum!
❤️❤️❤️ Poison Ivy ❤️❤️❤️

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • Winteriip II - Metal Hardcore Festival à Tours le samedi 18 Décembre 2021

HASARDandCO

Crown
Interview

Crown

Le 21/04/2021

Hellfest 2018
dossier

Hellfest 2018

Le 06/11/2018