Do You Compute - Turnstile

Do You Compute - "Turnstile"
chronique Do You Compute - Turnstile
On le sais bien, les modes, ça va, ça vient, ça revient et puis finalement, ça repart. En attendant un énième retour de la disco, moi, ce qui me ferait vachement plaisir c'est un bond d'une dizaine d'années en arrière, époque bénie pendant laquelle c'était ultra cool de faire du post hardcore punk teinté de noise avec des touches émo dans nos contrées... Bon faut peut être pas rêver, maintenant c'est quand même plus tendance de danser la tektonik ou de faire du doom, c'est selon. Mais quand même, faut croire qu'il y en a qui n'ont pas oublié cette époque et les gars de DO YOU COMPUTE sont de ceux là. Très probablement biberonnés aux FUGAZI, JAWBOX, et autres DRIVE LIKE JEHU. Nos parisiens ont d'ailleurs emprunté leur nom de groupe à une chanson de ces derniers.

Cela dit, les membres de DO YOU COMPUTE ne se sont arrêté au nom et ont bien poussé la nostalgie jusqu'au bout sans non plus ruminer les vieux classiques comme un vieil autoradio cassette de voiture bon marché(es) (l'autoradio ET la voiture). On retrouve ces rythmique explosives, ce son rêche à souhait, ce chant beuglé comme un bon vieux slogan désespéré, ces pitits riffs de guitares émos, cette basse ronflante, ce crunch à la limite de la distortion... Toute une époque je vous dit! Bon, cerise sur le gâteau, tout ça est très bien fait, jouit d'un très bon son et les cinq titres, même s'ils ne remplissent qu'un petit quart d'heure, s'enchainent très bien et ne demandant qu'à être relus en boucle. Bon, faut dire que l'on a des ex-SEANEWS, GAMENESS et BELLE EPOQUE ainsi que des actuels REVOK (chroniqués ici eux aussi) dans le coup; ils savent ce qu'ils font et ça s'entend.

Chaque titre de ce Ep est une excellente preuve de bon goût musical bien pensée et parfaitement exécutée : «The farewell speach » avec ces riffs emo/rock qui pleuvent de partout, « In the turnstile », balade noisy et dissonante, « Buzz of », explosive et hardcore à souhait, « Dyc » avec ses mélodies fugazienne et enfin « Behind the light », parfaite conclusion à tout ce ramdam. Note spéciale au visuel signé par les bordelais Tanxxx et Rica, bien original et rafraîchissant. Très bon 5 titres, on attend la suite.
photo de Swarm
le 14/04/2008

1 COMMENTAIRE

Pidji

Pidji le 28/04/2008 à 11:30:21

Sympa cet Ep en effet

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • BLACK BOMB A + Dagoba + Mugslug au Séchoir (L'Atelier À Spectacle) le 12 octobre 2019