Does It Offend You, Yeah - Don't Say We Didn't Warn You

Chronique CD album (38)

chronique Does It Offend You, Yeah - Don't Say We Didn't Warn You

Quatre ans après leur pataud et pourtant sautillant You have no idea what you're getting yourself into, les riants natifs de Reading poursuivent leur épopée dans l'Electro potache de soirées – chapiteaux ! Tiens, ça me rappelle que je ne vous ai sans doute pas encore parlé de l'attrait assez abscons de ces fameuses party dans ma bonhomme Belgique. Oui, Du nord au sud de Bruxelles sur 30 528 km2, le pays se meut dès l'entame de l'été d'une passion peu commune à se rendre dans des prairies verdoyantes, à slalomer entre les bouses, pour poser le pied sur un plancher en bois brinquebalant pour aspirer des bières tièdes dans des gobelets en plastique noyés de subtils parfums de pain-saucisse (hé oui, nous avons aussi une inspiration germanophone). L'occasion lors de ces cérémonies de trouver le point culminant le dimanche lors des concerts matinée (à 16h) de Michèle Torr, Demis Roussos, Dave ou une flopée de groupes de reprises. Le samedi étant consacré à un grand son et lumières, filles charnues, faciles au (en) top ! Un sociologue de salon aura tôt fait d'émettre un diagnostic sur les relations humaines, si bestiales, si primaires.

 

La musique, lors de ces soirées bourrues et bourrées, c'est de l'Electro comme peut le faire Does it offend you, yeah ! Dansante, bien sûr, inspirée par l'air du temps lorsque ce n'est pas un pompage éhonté comme l'initial « We are the dead » qui défigure Digitalism avec des sons pouet-pouet que l'on n'entend plus depuis 2002 et une Muse-attitude du pire effet. Mes oreilles en ont encore mal. Alors, les cocos se sont déjà payés à deux reprises le scalp de Prodigy et ils n'hésitent pas à Omeniser sur la longueur « John Hurt », « Yeah ». En fait cette chronique est facile, « We are the dead » tout est dit, Matthew Bellamy qui fornique avec les tech-punks bouffis de Braintree (Essex) filmé sous le joug allemand. Le tout sonne faux (la voix, un comble), et facile comme le sample jeté de « BB Initials » . Bon sang pour un peu on renifle les odeurs d'oignons frits pour ce tech-dance de foire. Après ce genre de soirée, la rentrée est laborieuse, les corps sont moites et imbibés. Si les plus ardents auront un rapport furtif sans âme, la plupart s'écrouleront dans un désordre vomitif.

photo de Eric D-Toorop
le 03/06/2011

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements