Don't Mess With Texas - Los Dias De Junio

Chronique CD album (38:41)

chronique Don't Mess With Texas - Los Dias De Junio
Les ayant découverts aux cotés de Sinaloa pendant leur tournée européenne, je fus assez curieux d’entendre ce que pouvait donner les Don’t Mess With Texas sur support audio, quel qu’il soit ; enfin en studio quoi.

Malgré leur sobriquet, les 4 membres de DMWT sont originaires d’un pays dont on entend peu parler dans ce milieu musical, la Croatie, et plus précisément Zagreb. Après un premier Lp éponyme, ils reviennent avec Los Dias de Junio.
C’est assez intriguant de découvrir un artiste sur scène et se rappeler de ce qu’il s’en dégageait puis de le retrouver sur album, peut etre pour retrouver des sensations vécues en concert que le volume et poussé de manière un peu abusive …

Histoire de tirer les choses au clair, Don’t Mess With Texas officie sans aucun porte parole, ce qui nous donne tout le loisir de se focaliser sur cette musique savoureuse et délicatement tourmentée. Une batterie épurée et aérienne sans fioriture, une basse très présente par son son mais finalement discrète dans ses lignes simplistes forme la colonne vertébrale du quartet solide est coordonnée. Nous reste un guitariste ainsi qu’un claviériste pour remplir tout cet espace de fioritures mélodiques, espace qui se fait plutôt vaste de par l’absence de quelque vocal que ce soit.

Mais la complémentarité du groupe ne fait pas ressentir un quelconque besoin de voix. L’ambiance s’installe, monte en puissance, explose, se calme et nous transporte à travers une suite de sentiments joyeux ou acerbes selon votre ressenti du moment, mais ce disque n’est surement pas celui qu’il vous faut pour vous remonter le moral. Ces atmosphères lancinantes, répétitives, soutenues et colorées peuvent vous plonger dans un état de béatitude très agréable ou au cas échéant ce sera la tourmente qui prendra place. Personnellement j’ai été plutôt touché par le coté céleste de cette musique qui se veut légère et puissante à la fois de par ces passages a l’intensité variable au fil de la petite quarantaine de minute qui passe a une vitesse fulgurante.

Les quatres croates signent pour moi ici un album vraiment très bien ficelé, ou se mélange la simplicité de l’ensemble basse/batterie contrastant avec la paire clavier/guitare beaucoup plus riche et complexe pour délivrer un post rock / hardcore instrumental des plus réussi.
photo de Biflam
le 02/06/2008

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • Winteriip II - Metal Hardcore Festival à Tours le samedi 18 Décembre 2021