FEAR BEFORE THE MARCH OF FLAMES - The Always Open Mouth

Chronique CD album (46:03)

chronique FEAR BEFORE THE MARCH OF FLAMES - The Always Open Mouth
Décidément il demeurera toujours certaines choses que je m'avoue inapte à expliquer et même à comprendre. Pourquoi un groupe comme SCARLET a t-il vécu, puis splitté, dans l'indifférence générale alors qu'il était des plus prometteurs? Pourquoi le précédent album des FEAR BEFORE THE MARCH OF FLAMES « Art Damage » n'a-t-il pas bénéficié du buzz auquel il avait légitimement droit? Pourquoi... Et bien je pense que ces questionnements sont faits pour durer pendant un moment encore puisque, figurez-vous, les FBTMOF ont sorti un autre album après « Art Damage », si si, et même qu'il s'appelle « The Always Open Mouth », qu'il est très audacieux et réussi et que vous n'en avez très certainement jamais entendu parler (sauf si vous parcourez certains webzines américains)... Dingue, non? Trêve de cynisme confinant au dépit, donc, et réparons cette impardonnable lacune...

S'il reste quelques groupes ayant encore une conscience politique et le message qui va avec dans cette bouillonnante scène post-H*C américaine et bien FBTMOF doit certainement être parmis ces derniers représentants. Revendicativement anti-Bush et fervents opposants à l'ultra-libéralisme (vous pouvez y voir dans le titre « The Always Open Mouth » une allusion métaphorique), les membres du combo d'Aurora (ville du Colorado) ont choisi une forme beaucoup en rondeur et complexe d'exprimer leur griefs. Du post-H*C expérimental, ni plus ni moins, voilà ce qu'à tenté de toucher du doigt FBTMOF. Et, dès le début de l'album et un 'Drowning the Old Hag' qui rappelle très fortement « Art Damage » (mais juste au début) on se dit: mais qu'est-ce qu'ils nous font là avec ces refrains chantés, putain??! - ceci n'étant pas spécialement la vocation première du groupe auparavant, il faut le préciser. Mais les doutes se dissipent dès la deuxième ou troisième écoute de cette galette étant donné que la rage est toujours présente, mais sous une forme différente, cependant, et au combien subtile. Ne cherchez pas les structures avec rythmes soutenus de l'album précédent ni les hurlements infinis accompagnant des avalanches d'accords dissonants, les membres du groupe ont appris à explorer une facette différente de leur musique et le résultat, bien qu'étonnant au premier abord, est très réussi. Je sais que certains d'entre vous risquent de crier au scandale mais je me lance: pour vous faire une idée de l'esprit de l'album imaginez l'audace et le talent avec lequel les (divins et intouchables) RADIOHEAD ont poussé vers l'avant leur pop-rock du début en y incorporant des atmosphères plus fouillées ainsi qu'une dose parcimonieuse d'électro, et transposez la démarche (pas précisément les mêmes éléments) au post-H*C. Autant dire qu'il faut être inspiré pour ne pas se cassez la gueule en tentant ce genre d'exercice, et bien ça pour être inspirés, ils l'ont été, pas de doute. Des compos plus légères, d'autres résolument sombres et rageuses, cet « Always open Mouth » ne manque pas de nuances ni d'idées: de l'électro rythmé ('Ten seconds in Los Angeles'), du riff plus funky et léger ('Taking Cassandra to The End of the World Party' – 'Of Horses and Medecine' ) au titre carrément étrange et inclassable (et génial, cela va sans dire) comme 'Dog Sized Bird' on passe sans transition à des passages rageux saupoudrés ici et là comme sur les jouissifs chaotiques 'A Brief tutorial in Bachanalia' ou '...As a result of Signals being crossed'. Une de mes préférées alliant l'électro juxtaposée à l'énergie du post-H*C: 'My (fucking) Deer Hunter' et son refrain magnifique, le reste n'étant qu'ambiance avec une basse soliste. Bien sûr, les réminiscences du FBTMOF des albums précédents ne se sont pas totalement évaporées et certains titres comme 'Lycanthropy' ou 'A Gift for Fiction' sont là pour nous le rappeler, mais pour ce qui est du reste, le groupe a bien su évoluer et ne s'encroûte pas dans la facilité...


A l'heure où beaucoup de combos commencent se voir en fin de course et finissent bien souvent par finir dans une soupe mélodique tiède et fadasse, voici (enfin!) un groupe qui aura su canaliser son énergie et son talent pour porter sa musique dans une autre direction, sans pour autant se fourvoyer. Et ce n'est pas uniquement l'audace du groupe que j'apprécie et que je salue ici: ce « The Always Open Mouth » est excellent et mérite définitivement une toute autre considération. Alors je compte sur vous qui passez par là: écoutez ce disque et faîtes passer le mot: cet album est une tuerie et le monde entier DOIT le savoir.
photo de Mat(taw)
le 05/04/2007

4 COMMENTAIRES

Pidji

Pidji le 06/04/2007 à 10:49:48

C'est vrai que je n'ai même pas écouté cet album... J'y jetterais une oreille

mat(taw)

mat(taw) le 06/04/2007 à 11:15:55

honte sur toi, vilain

k.

k. le 06/04/2007 à 20:54:55

ah oui Scarlet... 4 disc, 3 tuerie... quel dommage!

mat(taw)

mat(taw) le 07/04/2007 à 00:49:32

merci de penser à eux, ça fait plaiz
place a FBTMOF maintenant!

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements