FEAR BEFORE THE MARCH OF FLAMES - Art Damage

Chronique CD album

chronique FEAR BEFORE THE MARCH OF FLAMES - Art Damage
Ce tout jeune groupe originaire de Aurora, Co - et signé chez Equal Vision - sort en octobre 2004 son deuxième méfait avec ce « Art Damage » qui fait suite à « How Odd people shake », et fait définitivement partie des groupes qui montent aux U.S.A. Depuis fin 2004 les FBTMOF ne font que tourner et cela intensément (notamment aux côtés de CONVERGE, UNDEROATH, NORMA JEAN et THE BLED... pas trop mal). Ayant moi-même réellement découvert ce combo sur scène, en première partie des fantastiques THE BLED, je me devais de réparer l'année 2005 pendant laquelle je suis passé à côté de ce groupe et d'écouter ce que vaut ce bon groupe scènique, cette fois-ci sur platine.

Ca débute avec 'Hey Kid i'm a computer...' et on sent tout de suite (c'est assez rare pour être souligné) la patte du groupe, LE truc qui fait leur style et qui fait qu'on est capable de reconnaître FBTMOF parmi tant d'autres groupes. La voix principale fait penser à du Jacob Bannon (CONVERGE) de par ces cris assez aigus et qui ferait penser à ceux d'un monstre dans un film de série Z, mais à laquelle on finit par se faire. La particularité vient des backing vocals chantés dans un registre dissonant la plupart du temps, mais qui sied tout à fait au style: c'est d'ailleurs un des attraits incontestables de ce groupe. Les titres sont diablement efficaces comme un 'Should have stayed in the shallows' ou un 'The State of Texas versus Fear Before' (avec son sample de discours de G.W Bush) qui s'insèrent dans votre crâne avec une facilité terrifiante et, ce, malgré des structures empreintées au H*C chaotique ou des riffs de grattes pas forcément simplets. Le jeu de gratte est d'ailleurs bon, à l'image de celui des 2 chants, et n'est jamais évident; on aime varier les plaisirs: les accords parfois dissonants avec des envolées de notes aigües suivis des riffs bien lourds ou plus rock'n'roll ('the long road to the middle'), la basse n'est pas en reste non plus car elle joue principalement un rôle de 2e guitare grâce à un jeu plutôt très fourni et contribue à rendre tous les morceaux de FBTMOF très denses et intéressants. Ce combo pourrait être un hybride improbable entre CONVERGE (pour certains riffs et la voix) THE BLOOD BROTHERS (pour la frénésie et la folie) ou même BOTCH (pour un morceau comme 'The God Awful Truth') mais à ceci près que c'est pas du tout un hybride et même un des combo avec la plus grosse personnalité qu'il m'ait été donné d'écouter depuis plusieurs mois parmi tous les groupes américains qui déboulent dans nos bacs.

Ce « Art Damage » m'a agréablement surpris et m'a méchamment bougé comme a pu le faire le culte (pour moi) « Cult Classic » de SCARLET, ce qui n'est pas rien. Ce qui ne gâche rien c'est que ce combo vaut également le détour en live (malgré un chanteur avec une grosse crève), en témoigne les groupes qui les ont embarqué pour leurs premières parties. Bon, pour résumer ce groupe est une claque, un point c'est tout.
photo de Mat(taw)
le 09/01/2006

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements