Feverish - La mort du cygne

Chronique CD album (34:57)

chronique Feverish - La mort du cygne
Après un premier album alternant entre très bon et beaucoup moins bien, et avoir perdu son deal avec la major BARCLAY, revoici les Grenoblois de FEVERISH qui pointent le bout de leurs nez.

Et ça tombe bien, j'avoue avoir été séduit par le premier album, même si certains titres étaient beaucoup moins intéressants que d'autres. Alors chez FEVERISH, il y a quelque chose qu'on aime, ou qu'on déteste : la voix du chanteur. En effet, la voix de Laurent est criarde, vraiment très aigue. Limite niaise par moments. Alors évidemment, il faut s'y faire. Certains décrochent dès la première écoute ; je me pousse à aller plus loin. Et bien m'en a pris. C'est vrai que par exemple, le début de "Stockholm" nous fait bondir au plafond : c'est quoi ça, de la pop pour minettes ? Mais si l'on revient quelques secondes en arrière, le contraste avec la fin de "Monochrome" (avec une voix hurlée à mort) est saisissant et plutôt bien senti.

Passons à la musique maintenant. Le récédent opus nous avait laissé sur un néo métal de l'époque. Nous sommes maintenant dans un style plutôt variable, à base de rock et d'émo, en gros ; toujours en gardant de loin leur passé néo-metal. "Post exil", le premier titre, surprends. Petite influence AT THE DRIVE-IN, il faut l'avouer. Mais ce n'est pas le titre le plus transcendant du disque. Par contre, "Monochrome" est un petit bijou, navigant entre rock et parties beaucoup plus violentes : et c'est là que la voix du chanteur fais son effet. Oscillant entre voix hurlée magnifique et voix chantée, ce morceau est certainement le meilleur du disque, avec "La Mort du cygne", pour lequel j'ai également une préférence.

A noter, 2 titres composés avec Michaël Partouche (de ELEVATE NEWTON'S THEORY), dont la piste instrumentale, qui aurait parfaitement pu être sur un album de THE STROKES, tant la ressemblance est frappante. Vraiment flagrant. Mais passons. "Code rebecca" est tout de même bien meilleur. Dans ce disque, les guitares sont vraiment excellentes : les riffs sont très bons, mais je l'avais déjà remarqué sur certains morceaux de leur premier opus. En bref, les grattes vous trottent dans la tête un sacré bout de temps.

Bon, concluons : les détracteurs de FEVERISH vont sûrement s'étonner de ma note, mais cet album mérite vraiment le détour : et la voix du chanteur, à défaut d'être horrible pour certains, est vraiment originale pour d'autres. C'est mon avis, et ce chant associé à une musique vraiment bonne, fait mouche. FEVERISH mérite vraiment toute votre attention.
photo de Pidji
le 01/09/2006

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements