Fucked Up - David Comes to Life

Chronique CD album (1:20:00)

chronique Fucked Up - David Comes to Life

Le groupe canadien aime jouer au chat et à la souris avec son auditoire: des musiciens avec des pseudonymes, des concepts albums à n’en plus finir, des sorties de split, 7’’ aussi déroutants que multiples. Bref, on ne sait pas trop où donner de la tête avec Fucked Up qui musicalement s’éparpille parfois un peu. J’ai découvert le groupe avec le 7’’ de la « série zodiacale chinoise » Year Of The Pig et son magnifique edit pour la version US, et je recherchais depuis dans les autres sorties du groupe la même émotion... C’est chose faite avec David Comes To Life. Ah oui, c’est aussi le nom d’un morceau de leur premier album... Au chat et à la souris je vous dis !

 

Depuis le temps, Fucked Up n’en est qu’à son troisième album, qu’on dit souvent charnière pour un groupe. Vu que le groupe ne fait jamais comme tout le monde, il fait un beau pied de nez à cette généralité et propose alors un concept album de presque 1h20 pour bien montrer qu’il en a à revendre. Ça passe ou ça casse ? On peut être en droit d'opter pour ce second choix tant la densité de ce disque est déroutante au début, car 18 titres ça peut paraître indigeste connaissant la musicalité frivole des canadiens. Cependant, c’est là que Fucked Up fait la nique à tous ses détracteurs: cet album est d’une homogénéité rare et est simplement sublime.

 

Le concept tout d’abord présente sous forme d’une sorte d’opéra rock-punk une histoire d’amour dramatique entre David, perdant sa femme Veronica et sombrant dans la dépression et la solitude avant de rencontrer Vivian qui le remettra à flot. Tout au long des cinq actes qui composent cette pièce musicale lyrique (vous pouvez lire le contenu ici) on passe par tous les états. De la mélancolie à l’amourette niaise, Fucked Up propose dans son pop-punk une palette de couleurs fraîches, rarement évoquées dans un disque aux bases hardcore. Les mélodies de guitare magnifiques alliées au chant cristallin de la bassiste se fondent parfaitement au côté plus abrasif du chant masculin qui réussit toujours à nous enivrer. Il y a également un côté urbain dans ce disque, mais loin du côté dur et agressif du HxC ; ici on ressent plutôt une ambiance de teenage movie typiquement américain à fleur de peau, le côté punk mélodique avec ses chœurs mélodiques sans doute. On se sent insouciant, flirtant avec la vie et les filles, traînant dans la rue, la tête dans les nuages, sautant partout, mais le tout avec une certaine nostalgie (« Turn the season », « The other shoe » enfin un peu tous les titres finalement)

 

Une fois qu’on est rentré dans cet album, on y découvre un paysage presque enchanté, juvénile, ça sent le bonbon alors que le chanteur s’égosille à nous dire que la femme de David nous a quittés… Cette ambivalence d’ambiance nostalgique et frivole donne un goût particulier à cet album qui nous plonge dans un état émotionnel rare. Chaque chanson constitue un tube en soi, ce qui renforce ce sentiment d’envoûtement global, pas une seconde de répit ne nous est laissée pour respirer d’autres parfums que celui de Vivian et de Veronica.

 

Quel regret que l’effet David Comes To Life ait opéré trop tard sur moi, car j’aurais à coup sûr propulsé cet album dans le top 3 de l’année 2011 grâce à sa sensibilisé exacerbée par une production claire et un poil 90’s qui lui colle à la peau. Une petite perle dans le genre qui saura faire sa place au groupe dans la cour des grands et pas seulement en tant qu’outsider ou que phénomène de foire. Un disque sincère, travaillé, émotif, qui touche, qui donne envie d’être amoureux, d’être jeune, de regretter, d’être nostalgique…D’être heureux.

photo de Viking Jazz
le 20/03/2012

3 COMMENTAIRES

Pidji

Pidji le 20/03/2012 à 14:20:07

Perso, j'ai trouvé ce disque beaucoup trop long. Du coup, malgré de bons titres, je n'arrive pas à me mettre pleinement dedans. Dommage.

Crom -Cruach

Crom -Cruach le 20/03/2012 à 18:41:12

Parfaitement d'accord avec Pidji

Ukhan Kizmiaz

Ukhan Kizmiaz le 21/03/2012 à 07:13:57

Vraiment un groupe qui propose des choses bien intéressantes depuis 4-5 ans...
La chronique donne envie d'écouter cet opus en tout cas.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • EARTH au Petit Bain à Paris le 19 novembre 2019
  • BRUTUS, DAGOBA, LISTENER et d'autres au Poche à Béthune jusqu'au 10 novembre 2019
  • Hexis + WOES + Expiation au Puzzle Pub Tours le 2 novembre 2019