Henri et les Flammes de l'Enfer - Brutal Arcade Mode

Chronique Démo CD (13)

chronique Henri et les Flammes de l'Enfer - Brutal Arcade Mode

Hop hop hop, vous en r’prendrez bien M’sieurs-dames ? Le voyage se termine pour nous, il commence pour vous. Bienvenu dans un monde ou le FPS – first.pimp.sucking  est le sport national pour qui arrivera le premier au bureau des lèches-bottes de la rigolarde rock family Itunisée.  Heureusement, diantre, qu’une poignée, qui devient ribambelle, d’artisans veillent toujours à nous donner du vrai spectacle, sans artifices clinquants, mais avec cœur et convictions. Bienvenu dans le chapiteau rouge sang de monsieur Henri Loyal qui va nous livrer son feu infernal.

 

Le Brutal Arcade Mode qui sert de présentoir est fort avenant. Entre bongs Hardcore et papier-alu Thrash, la dope transite plutôt bien. Ce premier méfait est même jouissif par la liberté de ton qu’il dégage. On pousse le grand pendillon et on tombe pile devant une L.A.N attablée qui flingue à tout va, les yeux rougis de manque de sommeil, les cartons de pizzas s’amoncellent, les canettes craquent les unes après les autres, oui vous êtes bien au cirque façon 21ième siècle. Henri est le maître d’œuvre de cette réunion de zombis. Ah les plaisirs simples, buter son prochain virtuellement en rotant bruyamment. Les écrans défilent, reflétant des pièces sombres, des lunettes de snipers sur écran plasma, les cliquetis des Kalachnikov configurées à l’oreille gauche de la souris, dansent dans une frénésie organisée. Les derniers remparts s’effondrent lorsque retentissent les premières notes de « WOTP ». Un silence court aura bien tenté de retenir l’effusion. Le feu scintillant des amplis réchauffe d’un coup la froide solitude des gamers. Welcome in the real life !

Le réveil est d’ailleurs brutal, les growls s’appuyant sur des riffs moulinettes et un duo basse-batterie rôdé, groovie et fracassant.  Basse reptilienne et riffs inventifs pour une entrée en matière radicale.  « Before Burner » enfonce le clou avec la même virulence. Comme réveil pour les masses engourdies, on ne fait pas mieux. Ça joue particulièrement bien, ça envoie ! Les écrans grésillent, le cliquetis interminable a vécu, le silence dans la salle fait place à un grognement sourd. Les zombis, debout, s’agitent et approchent dangereusement de la cible, le feu court toujours, chaleur insoutenable.

 

-Tu ne le sais pas encore mais tu es déjà mort- annonce « The Northstar » qui clôture les 13 minutes d’éveil brutal. Redoutable carte de visite qui devrait permettre à Henri de délivrer ses Flammes de l’Enfer sur les scènes, les plus nombreuses, avant de passer au très attendu premier album. « The Northstar » laisse transpirer d’autres intentions que les riffs sales et serrés et les rythmes carrés. Un down-tempo bienvenu sous d’autres hospices.

A suivre…

photo de Eric D-Toorop
le 01/02/2011

2 COMMENTAIRES

staivaine

staivaine le 02/02/2011 à 10:03:13

... Et pour ceux qui voudraient découvrir leurs douces mélopées en live, HENRI & Les Flammes De L'Enfer font notamment le déplacement pour jouer à Lyon avec CORKAGE le Samedi 19 Février.
Voilà, un peu de promo très à propos pour le coup, qui j'ose espérer ne sera pas mal perçue.

Ukhan Kizmiaz

Ukhan Kizmiaz le 02/02/2011 à 11:19:35

Du tout...

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • Winteriip II - Metal Hardcore Festival à Tours le samedi 18 Décembre 2021