Irya - Inspire

Chronique CD album (19:19)

chronique Irya - Inspire

Irya est un groupe orléanais qui propose 4 ans après son premier EP son…deuxième EP. Mais un EP de 6 titres, c’est presque un album donc c’est déjà bien et ça nourrit plus facilement la plume du chroniqueur. En apparté, il convient de préciser que, suite au contexte actuel, le groupe a décidé de rendre cet EP disponible gratuitement sur les plateformes de streaming. L'intention est plus que louable et mérite qu'on la souligne, voilà qui est fait.

Irya officie dans le métal french-touch à tendance néo/rock burné, celui qui sent bon à la fois le baggy Dickies et le jambon beurre cornichon. Textes en langue d'oïl, mélange de riffs groovy et poilus, ajout deci delà de tournures rock/pop. Retour vers le futur des années 2000. Si ce n’est pas (encore) parfait et sans grosses surprises stylistiques, c’est en tout cas plutôt efficace et on ne s'ennuie pas. Et pour les réfractaires qui vont arrêter la lecture de cette chronique en pensant qu'on est là en présence d'un énième clone de Pleymo, parlons plutôt d’une filiation mais très lointaine. Point de chant rappé avec l’accent de Fontainebleau qui sent le Yop Fraise, point de gros scratchs vus et revus, du néo, Irya n'a conservé qu'une certaine lourdeur (toute relative certes), le riffing efficace et groovy ou encore l'énergie communicative.



Car oui, les riffs de guitares sont super cools, harmoniquement simples mais bien écrits, plein d’énergie, avec une utilisation sympathique d'harmoniques artificielles et autres gimmicks qui donnent beaucoup de dynamisme et qui font surtout éviter l'écueil malheureux mais facile de la linéarité. En outre, comme Irya joue la carte de la puissance plutôt que celle de la violence, les titres conservent un côté très accessible et passe-partout. Si le début de l'album est très classique dans le style néo-rock-franco-français, "La loi" (et son pont hyper groovy) ou "Elite"sont déjà plus intéressants et on sent que le groupe essaie petit à petit de sortir de sa zone de confort : grooves plus saccadés, pick-scrape hyper efficaces, pont basse batterie, utilisation sporadique de machines, léger côté mathcore (bon, léger léger, on est plus dans du Mathcore Tourtel que dans du Mathcore Tactical Nuclear Penguin) et transitions plus abruptes donc plus surprenantes. Voilà de quoi épicer la patte personnelle du groupe si ce dernier perdure dans cette direction. Un bon point pour la tracklist de l’album car plus l’album va, plus il gagne en intérêt et en puissance. L'exercice d'ordonner les titres est un des plus compliqués et il est ici plutôt bien réussi.



En revanche, si les morceaux sont efficaces, bien écrits, qu'on y trouve rien à jeter et qu'ils se diversifient au fil de l'album, ils manquent encore de cet petit indéfinissable, ce petit tour de magie qui pourrait les transformer en hits mémorables.  Là où le bât blesse et en 4K, c’est au niveau du mixage qui sonne beaucoup trop démo : guitares trop en avant, basse quasi absente hormis lors des duos basse-batterie, kick écrasant ou écrasé, voix trop inintelligible. C’est vraiment dommage et surtout frustrant car quand les instruments deviennent solistes le temps d’un pont ou d’une transition, on constate bien que la maîtrise est aur endez-vous. Bref, les ingrédients sont là mais il y a encore quelques  grumeaux dans le mélange. On sent que certains morceaux auraient gagné en puissance et que les textes, qui semblent plutôt bien écrits auraient gagné en impact.



Enfin, revenons un instant sur la pochette....Rahhh cette pochette...Mais qu'est ce que c'est que ce truc, les gars?...Elle est vraiment…nase. J’aurais aimé apporter un peu de subjectivisme à ce jugement, écrire un « je n’aime pas ». Ce n’est pas totalement moche, ni foncièrement horrible, on devine même une volonté de faire passer un message mais diantre, que c'est mal fait. Et autant la typo du groupe est cool, autant la typo de l'album est vraiment claquée. Evidemment, et il convient de le rappeler à l'approche du passage du grand barbu par nos cheminées, ce qui prime c’est le contenu du cadeau pas l’emballage mais se permettre de passer outre l'artwork et de proposer un truc "un peu nase" demande soit d’avoir déjà acquis une certaine notoriété, soit d'être Manowar.



Bref, Irya est un groupe qui a du potentiel mais qui a encore quelques étapes à franchir. Si l'écriture est loin d'être mauvaise, ne manque pas d'une certaine efficacité et d'une énergie, il manque encore trop peu d'une petite touche personnelle et surtout de ce vernis qui permet de distinguer un album d'une démo. Un peu (plus) d'huile de coude et d'investissement et la suite ne pourra être que meilleure.



On aime : du riff de qualité, un album énergique

On aime moins : le mixage, la pochette


photo de 8oris
le 07/01/2021

3 COMMENTAIRES

Seisachtheion

Seisachtheion le 07/01/2021 à 08:33:38

Mais c'est vrai qu'elle est moisie cette pochette !...
... Il sera difficile d'hameçonner du monde avec c'truc !!! 😳

cglaume

cglaume le 07/01/2021 à 10:39:04

Connaissais pas la Tactical Nuclear Penguin... Putain, 32 degrés !!!

sepulturastaman

sepulturastaman le 10/01/2021 à 12:40:24

2020 ne nous aura vraiment rien épargné. Qui pense que le retour du french-core est une bonne idée ??? Ce disque il y a vingt (très) grosses années mouif pourquoi pas ; mais là non.
À mon avis le french-core ou néo, ou néo-metal, ou nu-metal ç'a très mal vieilli, alors que bizarrement la fusion elle a plutôt bien vieilli.

Ou alors j'suis un master tocard, ce qui n'est pas forcément improbable.

Par contre je ne trouve pas la prod si dégueulasse, la voix en mode claire vient peut-être du manque de coffre du chanteur en voix claire et ça fait aussi cache misère de la laisser en retrait dans le mix, par contre pour le mode vénère c'est french-core option marcel quoi ; rien de choquant.

Pour la pochette z'aurez du mettre lui faire porter un décotlé, les ados et pré-ados sont attirés par ça...
... avant même que ; j'ai TOUJOURS été équipe popotin ! d'accords. Alors toi et tes insinuation team doudou allez bouffer vos mort. Équipe popotin uber alles.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • Winteriip II - Metal Hardcore Festival à Tours le samedi 18 Décembre 2021