Kill Kim Novak - 03:05

Chronique CD album (47:05)

chronique Kill Kim Novak - 03:05
Mais quel est donc ce groupe qui en veut à cette actrice remarquable dans un certain « sueurs froides ». A priori ce serait un groupuscule Allemand qui exerce le screamo depuis 4 ans, et qui aurait déjà sorti une démo et un mini album plus communément appelé EP, mais dont je n’ai jamais croisé le nom, pourtant ce n’est pas faute de ne pas m’intéresser au style su cité.

Les Kill Kim Novak présentent en 2007 un album longue durée intitulé 03:05 sur lequel je n’ai pas hésité longtemps. Les bonnes découvertes se faisant rares aujourd’hui, et Kill Kim Novak en fait partie, avec ce screamo-hardcore d’une intensité remarquable, les allemands font fort bonne impression à mes tympans avides de nouveautés, par leurs compositions ou se mêlent mélodies et accords discordants, sons clairs et distorsions criardes, nappes de pianos et caisse claire furieuse… Bref on assiste ici à un groupe puissant qui nous transmet sa mélancolie et sa hargne à travers ces 12 titres très soignés.

Ce qui est frappant, c’est la variété de manière d’aborder la mélancolie : tantôt acerbe, par ces guitares et voix saturées qui n’en finissent plus de nous outrager, et tantôt délicate, quand la voix reprend son timbre naturel et que les guitares délaissent leur distorsion, l’espace d’un instant pour donner des contrastes très marqués et jouer sur l’intensité du tout. Parfois même les deux se mélanges, ou la voix criée se retrouve simplement accompagnée d’une batterie, ce sont le genre de plans élégants que l’on peut retrouver en écoutant cet album.

Longtemps que je n’avais pas entendu quelque chose d’aussi frais, puissant et convaincant dans le genre hardcore – screamo, je dois dire que les Kill Kim NovaK me font redonner confiance en ce style qui s’est un peu essoufflé. La scène hardcore européenne conserve encore quelques perles, reste à les découvrir.
photo de Biflam
le 20/06/2007

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • EARTH au Petit Bain à Paris le 19 novembre 2019