Oscar Nip - Le clash

Oscar Nip - "Le clash"
chronique Oscar Nip - Le clash

Trio parisien désormais renforcé par l'arrivée d'Entonie (ex LTNO, tout de même!) à la basse, Oscar Nip officie maintenant, après des écarts electro parsemés sur son précédent album, dans une veine délibérément rock. Réminiscent de Noir Désir et autres Virago, mais aussi Deportivo, il impose sur Le clash douze titres solides, bardés de sons malins créés, ils se plaisent à le souligner, avec les instruments de ses membres.

 

Ainsi, "Le clash" ou "Mystic", entre autres, exhalent ces sonorités accrocheuses et verbalement, Pascal Grandmaison démontre une certaine verve, alliée à des trames instrumentales sans détours, qu'on suivra jusqu'aux dernières notes de ce bon disque. Oscar Nip peut faire dans le massif groovy ("La nuit je penche") comme dans le fonceur, il convainc et malgré des compos convenues ("L'air du temps", sauvé par sa vigueur), remet au goût du jour une scène 90's hexagonale sans cesse regrettée. Le créneau est certes déjà exploité mais les franciliens maitrisent leur jargon et ne fautent pas. Le rock, celui qui tache et transpire, est de mise, de belles accalmies ("Parfois") surviennent au beau milieu du déluge et ma foi, ça fait du bien d'entendre un opus dénué de tout détour dérangeant, animé par une appréciable authenticité rock.

 

L'effet psyché de "Mes visages d'enfant", ses notes jazzy suivies de coups de boutoir rock, créent leur effet, En larmes et sa cadence marquée aussi, on en arrive même à se dire que le groupe, peu connu, gagnerait à l'être plus. Pour  terminer l'écoute en gardant la bonne impression de départ, sur le subtil "Madame" et son orage noisy final, en encourageant Oscar Nip à exploiter son rock fiévreux, porteur de belles promesses.

photo de Refuse to keep silent
le 24/10/2013

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements