Pendejo - Atacames

Chronique Vinyle 12" (42:59)

chronique Pendejo - Atacames

On croirait pas comme ça, mais en fait ils sont Hollandais. On croirait qu'ils viennent du Mexique ou d'Andalousie, et ils chantent effectivement en Espagnol. Voilà Pendejo, un autre groupe qui a pris le parti de la langue hispanique pour appuyer son Stoner "in your face". Ils ne sont pourtant pas les seuls à avoir été séduits pas nos cousins du sud, il y avait déjà eu Impureza, Como muertos en France.

 

Immanquablement, le ton est mâle, viril, rocailleux, et sonne comme un coup de poing dans ta gueule. Au niveau du son, là aussi la basse appuie lourdement la frappe, ce n'est pas étonnant vu que Jaap vient de l'écrasant Bitcho (Sludge à la Godflesh pour faire rapide). Ce qui est étonnant par contre, ce sont les multiples incursions de trompettes, toutes plus classieuses les unes que les autres, donnant un relief bienvenu dans toute cette violence de fuzz.

Et c'est vrai que le tableau est complet, car qui pense à du Stoner pensera souvent au désert du Mexique, à la bière, et donc de là, la Tequila et les Burritos ne sont plus très loin. Et la fête non plus, car le moins qu'on puisse dire, c'est que sur le papier, Pendejo tout l'air d'une éminence prête à tout défoncer en concert, notamment au vu de la chaleureuse réception de cet album dans le reste de l'Europe, alors pourquoi pas en France ?

Puta madre que ça serait bien. J'en ai entendu des groupes de Stoner chanter en Espagnol, Viaje a 800 était mon préféré de loin, mais là ça défonce tout dans le genre. On se trouve là quelque part entre Down, Sasquatch et le Truckfighters des premiers albums, alors je pense que les stonerheads qui entendraient ça auraient l'oreille rapidement émoustillée, enchantée, et pour ceux qui préfèrent d'abord en avoir pleins les yeux, il y a ce superbe clip en images animées.

 

En conclusion, voilà un groupe qui musicalement est bien ancré entre du gros stoner de camionneur épicé d'influences hispaniques, avec des poils, et je ne vous mentirais pas si je reproche à Truckfighters d'être passé à côté de quelque chose depuis leur album Mania, alors que Pendejo se rue dessus à grandes enjambées : devenir une icône de virilité tellement ultime que c'en est drôle, car tout là dedans rime avec une baston de gros camionneurs mexicains imbibés de cerveza au beau milieu de la sierra. De la grande poésie.

 

Achat ou pas achat ? Achat.

photo de Carcinos
le 11/06/2014

3 COMMENTAIRES

Crom-Cruach

Crom-Cruach le 11/06/2014 à 20:47:20

ça bute pas mal ton truc, Carci.

Carcinos

Carcinos le 11/06/2014 à 21:52:46

Merci pour eux !

Eric D-Toorop

Eric D-Toorop le 15/06/2014 à 12:25:56

Vraiment un bon disque.
Born to be wild ^^

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • BRUTUS, DAGOBA, LISTENER et d'autres au Poche à Béthune jusqu'au 10 novembre 2019
  • Hexis + WOES + Expiation au Puzzle Pub Tours le 2 novembre 2019
  • EARTH au Petit Bain à Paris le 19 novembre 2019

HASARDandCO

Last Prey - Last prey
Ocean chief - Tor