Pleïad - 1.17

Chronique CD album (20 minutes)

chronique Pleïad - 1.17

Les groupes comme Pleïad se lancent souvent dans des aventures assez délicates. Se présenter sous un jour métallique, tout en souhaitant intégrer des mélodies pop-rock oblige à lâcher un des deux styles au risque de faire n'importe quoi.

 
Pleiad a donc abandonné l'aspect métallique. Si quelques rares éléments peuvent laisser penser que des cendres volent encore dans l'atmosphère après l'incinération de cette idée, ils sont étouffés par une production bien trop plate qui gâche la force que le groupe tente de donner à ses morceaux.
L'ennui c'est qu'on ressent l'envie comme sur "My turn", mais l'effet n'y est pas...
De plus, jouer sur l'aérien et le contraster avec des passages plus rock ou des crescendi avec la même intensité ne donne aucune résultat.
Le pire : on dirait que le batteur tape avec un cure-dents sur des pots de yaourts. 0 puissance, 0 intérêt.
 
Du coup, le groupe ne doit plus faire d'erreur pour nous maintenir alertes jusqu'à la fin de l'ep. Il faut avouer que ce n'est pas des plus simples avec un chant en anglais à l'accent perfectible et des chœurs parfois malvenus.
Pourtant une étincelle d'espoir brille.
Derrière cette prod' assez pauvre (la basse résonne mais mollement, la puissance de la guitare sur un ampli à 0.5 watt est plus impressionnante) subsiste la sensation que le groupe ne joue pas qu'avec sincérité.
Il y a des compositions intéressantes avec des passages qui nous font dire : "pourquoi pas ?"
 
Les mélodies ne sont pas mauvaises, les petites touches éléctros sur "1.17" (avec son piano-rock à la Ghinzu), la guitare avant le refrain "Spoiled potency", le synthé et la basse de "Wait it out" créent une ambiance avant une excellente conclusion.
Bref, portées par un vrai son, les créations de Pléiad peuvent espérer mieux. En plus de se lâcher sur l'investissement en studio, il faudra aussi se décontracter tant on sent une retenue derrière le micro.
A force de vouloir trop bien faire le groupe en est peut-être venu à s'effacer tout seul : il faudra oser s'imposer sur son propre cd pour la prochaine fois.
photo de Tookie
le 11/11/2011

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • EARTH au Petit Bain à Paris le 19 novembre 2019