Prejudice GVA - L'enfer, c'est les autres...

Prejudice GVA - "L'enfer, c'est les autres..."
chronique Prejudice GVA - L'enfer, c'est les autres...
C'est dans un très joli digipack que l'on découvre ce nouveau disque des PREJUDICE GVA, dont le nom est tiré d'une phrase de Jean Paul SARTRE : "L'enfer, c'est les autres". Le "GVA", c'est pour Geneva bien sûr : le groupe est suisse et officie non pas dans un post hxc machin bidule comme on pourrait si facilement le penser mais dans un rockin'Hardcore pas piqué des hannetons, et vraiment bien foutu.

9 titres pour 35 minutes de riffs rock'n'roll pleins de rythmes HxC les plus puissants les uns que les autres, une voix criarde jamais mélodique mais étonnament pas linéaire, voici ce que nous propose le combo. En cherchant bien, le rythme se ralentit un petit peu ici ou là ("Fake", "Life-cycle", "L'enfer, c'est les autres...") mais globalement on vogue sur un rythme plutôt rapide, bourré de breaks. Les guitares sont créatives, et savent proposer des riffs mélodiques qui atténuent parfois la violence musicale, ce qui permet de reprendre son souffle ("Inner struggle part IV"). Les passages chaotiques sont légions, et les titres ont des structures sufisamment complexes pour ne pas s'ennuyer une seule seconde. L'album termine d'ailleurs sur le titre éponyme qui dure pas loin de 8 minutes, très riche en variations de ryhtmes et avec une fin sans batterie mais avec les 2 guitares + la basse jouant ensemble.
Parlons rapidement du son, mais bon : si je vous dis Serge Morattel, ça devrait vous suffire. La basse a un son bien sympa, et fait encore plus ressortir la lourdeur de certains passages. La grosse caisse n'est pas suramplifiée, on l'entends juste ce qu'il faut, tandis que la voix semble au même niveau que les instrus.

Habituée au post-Hardcore, la scène suisse vient d'accoucher d'un album pour une fois dérogeant à la règle avec ce "l'enfer c'est les autres" des PREJUDICE GVA (même si le groupe n'en est pas à son 1er album et existe depuis 1995), qui nous balance un hardcore'n'roll dans la gueule dont il nous est bien difficile de se relever. C'est puissant, excitant, jouissif ; certains titres sont vraiment terribles ("143", "L'enfer c'est les autres..."), et accompagnés des autres, cela en fait un album excellent, tout simplement (c'était pour la rime).
photo de Pidji
le 07/01/2007

2 COMMENTAIRES

MAT(taw)

MAT(taw) le 07/01/2007 à 10:46:58

plus précisément le titre de l'album est tiré de la pièce de Sartre "Huis-clos"

(((viking jazz)))

(((viking jazz))) le 10/01/2007 à 15:39:26

Je lui trouve un coté ISCARIOTE a cet album, pour rester dans le suisse, et ca pas pour me déplaire!

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements