Saor - Aura

Chronique CD album

chronique Saor - Aura

L'exercice du one-man band est souvent casse gueule. Surtout dans le domaine du Pagan Folk car il faut maîtriser un nombre conséquent d’instruments et souvent, certains, comme la batterie, passent à la trappe.

Un simple exemple, Askival avec lequel on a l'impression d'entendre une boîte à rythme plutôt déplaisante. Bon, ici le maître d’œuvre de la plaque triche un peu (voir plus loin).

Andy Marshall est écossais et on peut dire que le bonhomme en kilt a de l'ambition et de l'inspiration. Mélange de BM, de folk traditionnelle et de rock un poil prog, Saor est ainsi un projet parfaitement abouti, malgré son jeune âge (formation en 2012), jusqu'à son somptueux artwork.

 

Certains pourraient déplorer la production faiblarde de l'ensemble mais pour moi, elle colle parfaitement au côté tout de même assez underground de l'entreprise. En effet, le chant pâtit un peu d'un certain côté étouffé mais sa puissance barbare et incantatoire venu du fond des âges rattrape la chose haut le pied, chaussé de bottes de fourrure. Les plages ménagent de longs moments ambiancés, pas si loin d'un BM atmosphérique, en ballottant sans cesse l'auditeur entre la sauvagerie primale des terres de Dalriada et l'océan de plénitude d'un paysage innocent sans que « l’Hôte Furieux », comme le disait Skyclad, ne vienne y foutre son dawa.

La batterie n'oublie pas non plus d'étendre un beau tapis rythmique assez varié. Marshall est ici aidé dans son entreprise par Austin Lunn de Panopticon alors que Siedr se charge du bodhrán.

Les morceaux sont majoritairement longs voir très longs pour votre serviteur, dépassant facilement la barre des dix minutes.

Qu'importe, ils ne sont absolument pas lassants ni répétitifs. Nappes de claviers ouatées, bodhrán irlandais déjà évoqué, flûte en peau de pense de mouton, ou guitare séchée au feu de bois, l'aspect folk n'est ni un prétexte ni un moyen de phagocyter le feeling metal de la plaque. Car les spasmes de furie des guerriers celtes habitent cet album.

Fortement évocatrice, la musique de Saor transpire ainsi la passion d'un genre malgré son classicisme.

 

Invitation au voyage, à la contemplation en même temps qu'ode brutale à la nature, Aura est une vrai bonne surprise au milieu d'une scène tombant bien souvent dans l'auto-parodie.

photo de Crom-Cruach
le 04/12/2014

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • Winteriip II - Metal Hardcore Festival à Tours le samedi 18 Décembre 2021

HASARDandCO

D-FE - D-FE
Chronique

D-FE - D-FE

Le 02/05/2006

Bombs Of Hades - Death Mask Replica