Sectlinefor - Anorexic Insect

Chronique CD album (42:39)

chronique Sectlinefor - Anorexic Insect

J’écoute des trucs improbables sur Bandcamp, épisode 70f#81 bis.

 

Bandcamp est un monde merveilleux où traînent tout un tas de groupes pas clairs. Comme Sectlinefor par exemple, duo anglais qui doit très certainement être ceinture dark 5e dan en pas-clairerie. « Dark », oui, la ceinture. Car Anorexic Insect, son premier album, pue le pathos à plein nez. Ses onze titres sont malsains, grotesques, anxiogènes, pleins d’échardes et aussi torturés qu’un métis algéro-indochinois dans le sous-sol du Général Massu. La formation se présente d’ailleurs elle-même comme jouant de l’« Industrial Alternative WTF Metal ». C'est une façon valable, en effet, de décrire l'affaire… Sauf que plutôt qu’« Industriel » il faudrait plutôt parler d’« Electroïde ». Sans compter qu'une telle étiquette fait l’impasse sur un aspect primordial de l’univers kafkaïen des loustics: le côté orchestral décadent, qui contribue à donner l’impression d’écouter la BO glaçante d’un vieux film expressionniste ouzbek. Ou d’un court-métrage expérimental, à la fois psychédélique et suicidaire. Ce qui revient au même. Pas de l’easy listening, en somme.

 

Vous l’avez deviné car vous lisez couramment entre les lignes: l’écoute d’Anorexic Insect oblige l’auditeur à se rendre loin, très loin dans l’inconfort musical, jusqu’aux lointaines frontières de l’insupportable. Parce que ces 40 minutes sont toutes déguingandées, toutes dépenaillées, comme tricotées en laine de fil de fer par un trisomique polyarthritique. S’il vous faut absolument des parallèles pour être heureux, on dira que cet opus donne parfois l’impression d’écouter le cousin autiste d’Unexpect, ou le petit frère dépressif de Sleepytime Gorilla Museum. Derrière le micro, Jared renforce cette impression en éructant et geignant comme un dandy en camisole, un improbable Marylin Manson perdu dans un Nawakland gothique et gluant. Parfois Glitch, parfois Ambiant, parfois Death avant-gardiste, le duo ne s’interdit rien tant que la musique produite est blafarde et gênante. Si les zozos réussissent parfaitement leur coup en nous escagassant les nerfs sur un « Checkmate » tout empêtré dans ses tortillons, sur le caillou dans la chaussure « Gag Reflex Of Stray Dogs » ou encore sur le quasi-amusical « I'm Not Having That Much Fun Anymore », il faut reconnaître qu’ils arrivent parfois à rendre séduisantes les pires difformités mélodico-rythmiques. « Birthmark Photograph » – dont les glitcheries initiales rappellent le tout début du « So Close » des Stolen Babies – en est le meilleur exemple, certaines trouvailles rendant cette soupe à la grimace particulièrement goûtue.

 

N’empêche, au vu de l'impression finale que l'album nous laisse, même si Sectlinefor pourrait à la limite prétendre se voir associé à la scène Nawak, on préférera en effet le plus approprié « WTF » par lui proposé. Car le Nawak dont il serait alors question rimerait avec « cloaque » et « patraque » plutôt qu’avec les « foutraque » et « aphrodisiaque » habituels, son avant-gardisme étant plus flippé et plus hostile que celui de Mr. Bungle dans ses moments de délire les plus noirs (sur Disco Volante, donc). Alors forcément, on est loin du Youpitralala Metal grand public. Et on se dit que l’en-tête de cette chronique aurait peut-être plutôt dû être « J’écoute des trucs improbables à cause de Bandcamp ».

 

NB: si des fois vous appréciez ce premier album – et qu’en toute logique vous aimez également vous détendre en appliquant des électrodes sur votre scrotum et en suçant des oursins – sachez qu’Anorexic Insect a été suivi d’un Don't Make This About You en 2018, et qu’un Kissing Strangers During An Outbreak sentant fort le confinement mal vécu devrait voir le jour à la fin mai. A bon entendeur sale petit Lu…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La chronique, version courte: mélanger musique sombrement orchestrale, Electro-glitcheries hésitantes, avant-gardisme gothique et délires psychotiques peut offrir de délicieux frissons de plaisir aux amateurs de singularité métallique… Ou générer un album comme Anorexic Insect, dont la démarche artistique intègre force notre respect – ainsi que quelques rares élans de sympathie –, mais dont l’hostilité musicale nous donne presque envie d’en interrompre l’écoute pour bifurquer vers une rediffusion de la Chance aux Chansons (… si si, c’est moins éprouvant. C’est dire).

photo de Cglaume
le 21/05/2021

6 COMMENTAIRES

pidji

pidji le 21/05/2021 à 09:00:30

Pourquoi t'infliger ça en fait ? 😂
Par contre, la pochette est rigolote.

cglaume

cglaume le 21/05/2021 à 09:19:13

J'ai pris le parti de chroniquer tous mes achats compulsifs sur Bandcamp haha. Et puis tant que c'est Expé / Nawak, la chro est justifiée :D

8oris

8oris le 21/05/2021 à 12:21:02

Ouais, c'est dommage, la pochette est génial! Je vais jeter une oreille malgré tout! 

Xuaterc

Xuaterc le 21/05/2021 à 15:51:17

ça pique...

8oris

8oris le 03/06/2021 à 15:52:50

Après quelques écoutes, c'est vrai que c'est rude mais ça reste quand même largement écoutable. On dirait du Mindless Self-Indulgence en plus...avant-gardiste. 
C'est dommage parce qu'il y a quand même quelques titres sympas ("Anorexic Insect") comme tu l'as fait remarqué. Ils n'auraient du garder que ceux-là et sortir un E.P.
Mais, j'aurai été moins violent sur la note (même si on sait tous que la note...ben c'est rien qu'une note), ca valait au moins un 5 et ça remplace aisément une diffusion de la Chance Aux Chansons.
Par contre, la pochette est absolument mortelle!
Leur dernier, "Kissing Strangers During An Outbreak", est dans la même veine. Pas mal de chose à jeter mais quelques morceaux très sympa dont https://www.youtube.com/watch?v=bnaihUJcaFo qui fait un peu Melted Bodies
Pour les curieux, le guitariste de SectlineFor, Piton, a un autre projet plus electro-dark-indus: YGODEH https://www.youtube.com/watch?v=cWtpK66eTw4

cglaume

cglaume le 03/06/2021 à 16:28:44

Le morceau passe en effet pas trop mal. M'enfin il est un peu lépreux quand même ton Melted Bodies là :D

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • Winteriip II - Metal Hardcore Festival à Tours le samedi 18 Décembre 2021