Switchblade - Switchblade 5

Chronique CD album (49:00)

chronique Switchblade - Switchblade 5

Cette année 2009 sent bon le doom, c’est moi qui vous le dit ! Et surtout du côté de la suède avec cette moitié d’année les sorties respectives de Ocean Chief, Kongh et donc ici ceux qui nous intéressent plus particulièrement : Switchblade. Le trio qui depuis un moment déjà fait son petit trou (avec un précédent album tout à fait réussi) revient avec un nouvel album à paraître le 09/09/09 (qui a osé dire « le même jour que la sortie des rééditions des Beatles » ?!) pour la plus grande joie des fans du genre… Qu’on se le dise, depuis la mort du grand KHANATE, rien n’est plus pareil, tout le monde essaie de faire l’Album que les ricains de O’Malley and co n’ont pas prit le temps de sortir (faut avouer que Clean Hands Go Foul est loin d’être un must comparé aux autres) le trio de Stockholm se donnant pourtant du mal pour y arriver (Travis Bean inclus). Cependant, la maitrise du groupe n’est plus à prouver et après leur album éponyme de 2006 qui était plus aéré que celui-ci, Switchblade arbore fièrement les couleurs d’un doom a la suédoise si je peux dire (l’influence de leurs confrères de Kongh dans certaines touches de guitares ?) qui n’est pas pour me déplaire. Le groupe ne tombe pas dans les clichés et sait apporter de la subtilité à son jeu, surtout en 49mn plutôt bien dynamisé pour le coup ; on y sent une atmosphère plus travaillée que par le passé (mais toujours très feutrée) avec un album mettant en scène un morceau découpé en trois parties (les césures ne sont pas spécialement significatives d’ailleurs) très calme et pas balourd pour un sou, jouant sur les subtilités de tempos et de types sons (même si on se trouve en terrain connu). C’est très agréable d’écouter ce doom, finalement très ouvert et limite clair (comme KHNT encore une fois), plutôt que plombé dans la noirceur des abysses de la mort de satan… on n'est pas dans le funeral doom ni dans le doom death mou du genou ici. Enfin, le son très satisfaisant dessert à merveille la musique du trio avec pas mal de basses mais également un grain particulier jouant sur les nuances de teintes avec subtilité. A noter également l’attention particulière portée sur les cymbales dans le mix (elles ne sont pas en retrait) ce que j’affectionne d’autant plus dans la sonorité de l’ensemble. De plus, la narration de ce morceau est plutôt originale et bien foutue avec une dernière partie de 18mn plus lente mais pour autant avec plus de variations que les parties plus lancinantes jouant différemment sur l’atmosphère en début d’album. En tant que fin amateur de musiques lentes estampillées DOOM, ce skeud est un petit bol d’air qui ne fait pas de mal (à mettre à côté de nos poulains français Monarch et Habsyll, ainsi qu’a ceux de B.SON ou de Whitehorse par exemple..). Etonnamment fluide, il passe très bien pour les oreilles d’un initié mais saura je pense également convertir certains réfractaires car il présente une atmosphère a limite du post hardcore (enfin bien désertique et post apocalyptique tout de même). Je pense que le groupe a encore un ou deux album à faire avant de vraiment atteindre son objectif, car il semble être un bon prétendant pour apporter sa pierre a l’édifice du genre. Un disque qui ne demande pas plusieurs écoutes pour rentrer dedans n’est pas souvent bon signe de longévité mais en matière de musique lente c’est un plus qui donnera envie aux auditeurs de l’écouter sans se forcer, ce qui permettra par la même je l’espère à la musique du groupe, de prendre une place de choix dans les oreilles averties du public.

photo de Viking Jazz
le 07/09/2009

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

HASARDandCO

Tanen - Fragments
Ashka  - Ritual
Chronique

Ashka - Ritual

Le 11/11/2011